Archives par mot-clé : photo

Lettres originales de Jean XXII

Les « Lettres Originales de Jean XXII » (LOJ22]  s’inscrivent dans le cadre d’un programme de recherches développé par le CIHAM sur la correspondance pontificale et plus largement sur les sources du gouvernement central de l’Eglise aux XIIe-XVIe siècles.

LOJ22 vise plus particulièrement à constituer un outil d’analyse à la disposition d’un public de chercheurs et pour ce faire s’inscrit dans une logique de création de corpus. La correspondance papale étant trop souvent étudiée à partir des registres de lettres, on valorise ici les originaux produits au nom d’un souverain sélectionné à cause de la longueur de son pontificat (plus de 18 ans), des réformes de sa Chancellerie et de la diversité typologique des éléments conservés (brouillons autographes, minutes d’abréviateurs, grosses fautives, expéditions plus ou moins soignées)… malheureusement disséminés en Europe. Le corpus éclaire donc le complexe fonctionnement concentrique de la production épistolaire autour d’un souverain au Moyen Âge.

Ce programme traite en conséquence la lettre comme un vestige archéologique… ce qu’elle est parfois. Il insiste sur les aspects matériels : mentions hors teneur, auteur(s), porteurs, coûts, sans oublier l’esthétique du produit final. Le chargement du questionnaire, développé sous GoogleForms afin de résoudre la problématique d’alimentation distribuée, a pris du retard du fait de problèmes de santé, mais le traitement en archives et bibliothèques de la documentation concernée a atteint à mi-parcours 70 % de son objectif.

Ont en effet été traitées les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France (350 unités env. + 8), l’Archivio Segreto Vaticano (330 env.), les archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone (188), les Archivi di Stato de Perugia (96), de Florence (54), Pise (15), Lucques (12), Turin (12), Macerata (9), Orvieto (8), Bologne (1), Sienne (1), les archives départementales de Haute-Garonne (28), Vaucluse (17), Aude (4), Aveyron (4), Rhône (3), Tarn (1) et les archives communales de Rome (5), Matelica (3), Fabriano (3), Cingoli (2), Toulouse (1), Avignon (1). Divers travaux de repérage ont été parallèlement menés à Londres, en Allemagne, Pologne et Autriche.

Les cotes des manuscrits : construire un référentiel commun

Groupe de travail « Alignement des cotes de manuscrits » – 
Responsable : François Bougard (IRHT)

Le groupe de travail sur les cotes des manuscrits médiévaux et modernes se fixe pour objectif d’œuvrer à un meilleur repérage de cet élément d’identification essentiel des volumes qu’est la cote qui leur est assignée par les établissements de conservation (bibliothèques, archives, musées). L’enjeu est d’abord quantitatif étant donné le grand nombre de témoins. Mais il s’agit surtout de faire en sorte d’éliminer les ambiguïtés qui dérivent de l’hétérogénéité des libellés et surtout de leur côté changeant. Un même manuscrit peut avoir reçu pas moins d’une demi-douzaine d’appellations différentes en des temps récents, sans parler bien sûr de la stratigraphie des cotes anciennes antérieures au dépôt dans les fonds actuels. Cette diversité a pour effet que les recherches liées aux différents manuscrits sur internet ne donnent souvent que des résultats partiels et décevants, faute de pouvoir établir des liens faciles entre des informations pourtant disponibles.

La construction d’un référentiel commun passe par une opération d’alignement des cotes entre les différentes bases de données nationales et internationales. L’ÉquipEx Biblissima réalise ce travail pour les bases dont elle met en œuvre l’agrégation des données. La plupart de celles de l’IRHT sont concernées (Bibale, Initiale, Jonas, Fama, Pinakes, Iter liturgicum Italicum), et leur alignement se règle sur celui de la base Medium, répertoire informatisé centralisé des manuscrits reproduits ou recensés par l’IRHT, qui sert de réservoir commun.

COSME, de son côté, soutient depuis plusieurs années l’alignement non seulement des cotes mais aussi des établissements de conservation de la base scriptorium.be, qui rassemble les informations bibliographiques relatives à chaque manuscrit depuis la création de la revue homonyme en 1946 (Scriptorium. Revue internationale des études relatives aux manuscrits, est commune à la Bibliothèque royale de Belgique et à l’IRHT ; elle publie chaque année deux fascicules complémentaires du Bulletin codicologique, sous les auspices du Centre international de codicologie). Depuis l’été 2017, scriptorium.be est hébergé sur les serveurs de l’IRHT à Orléans, ce qui facilite le travail. Il s’agit d’une opération de longue haleine, qui concernera à terme 263 000 cotes et 35 000 références bibliographiques.

De même, COSME a soutenu la mise en place d’un outil de « recherche floue », qui permet de se libérer de la contrainte des points, des espaces ou de l’ordre dans le libellé des éléments constitutifs de la cote. Il s’agit pour l’instant d’une amélioration pour la consultation et la gestion interne des différentes bases et surtout de Medium.

En 2018 et 2019, le groupe de travail sur les cotes poursuit le soutien à l’alignement des informations de scriptorium.be (récupération et traitement des données de manière rétrospective selon le rythme de parution de la revue). Il élargit les opérations d’alignement des cotes vers d’autres « réservoirs », de façon à améliorer leur accessibilité. Un accord est en cours de finalisation avec les éditions Brepols pour les cotes des manuscrits renseignées dans la Bibliographie du Moyen Âge tardif (BAMAT, 26 fascicules parus depuis 1991, appelée à devenir eBAMAT) et dans l’incipitaire latin In Principio (un million d’entrées) : le but est d’offrir une clé d’entrée à ces stocks d’information par cote, en intégrant chacune d’elle, alignée, dans la base Medium, avec le lien correspondant.

Le travail de longue haleine sur les cotes s’inscrit aussi dans la réflexion internationale sur la mise au point d’un identifiant unique pour les manuscrits (ISMI : International Standard Manuscript Number). Ce projet, évoqué lors de trois rencontres à Paris en 2017 et 2018, est encore embryonnaire et suscite de multiples discussions. Il débouchera peut-être sur la mise au point d’une norme internationale ISO, comparable à celle qui existe pour l’ISBN et l’ISSN.

Membres du groupe :

François Bougard (IRHT),

Mickaël Lefèvre (KBR)

Cyril Masset (IRHT)

Véronique Trémault (IRHT)

Épigraphie numérique : le projet TITULUS

TITULUS : édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale et base de données en épigraphie médiévale

Le Corpus des inscriptions de la France médiévale du CESCM, entreprise de publication qui recense depuis 1969 l’ensemble des textes du Moyen Âge gravés ou inscrits sur le métal, la pierre, le bois, le verre, etc. se trouve aujourd’hui confronté aux défis d’ecdotique posés par les nouvelles technologies, en matière d’édition numérique et de gestion et mise à disposition des fonds patrimoniaux d’une part, et par les réflexions épistémologiques sur l’épigraphie et les sciences auxiliaires en général.

Forte de cette riche expérience et des acquis du programme ANR ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) qui a permis de fructueuses comparaisons avec les travaux des épigraphistes antiquisants à travers EPI-DOC et des médiévistes travaillant sur d’autres supports (chartes, manuscrits, sceaux), l’équipe du CESCM a lancé en 2016 le projet TITULUS. Trois objectifs le guident :

  • Proposer à un large public, chercheurs, étudiants, professionnels du patrimoine ou amateurs, des sources encore trop méconnues en les rendant accessibles via le web : d’une part par la numérisation des anciens volumes sur Persée, d’autre part par une édition électronique en ligne des nouveaux tomes ;
  • Donner de nouveaux instruments de recherche ;
  • Proposer une édition dynamique, prenant en compte les nouvelles interrogations des chercheurs sur la culture visuelle, graphique et matérielle, la disposition, la gestion de l’espace d’écriture, tout en respectant la philosophie du CIFM depuis l’origine : la simplicité.

À la fois idée et matière, texte et objet, l’inscription possède une dimension visuelle, graphique, matérielle et contextuelle ; autant d’éléments qu’il est souvent difficile de fournir au lecteur dans la limite d’un livre imprimé. En prenant en compte l’ensemble des signes tracés sur une inscription (lettres, ponctuation, décor, signes d’abréviation) et en associant l’édition à l’image, la forme électronique proposera bien plus qu’un complément d’information mais une nouvelle façon d’appréhender l’inscription sous tous les points de vue. Elle proposera également une édition dynamique en XML-TEI et non plus un corpus statique ; celui-ci pourra désormais être augmenté et corrigé au fur et à mesure des découvertes archéologiques, des précisions chronologiques, des produits des comparaisons à grande échelle, etc. En associant à la notice « traditionnelle » l’ensemble du matériel utilisé pour sa rédaction, l’édition électronique ne donnera pas seulement à lire le produit de la recherche mais la recherche en tant que processus, en permettant au lecteur de suivre pas à pas le raisonnement de l’éditeur pour le confirmer ou éventuellement le nuancer.