CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi)

Responsable Eliana Magnani (CNRS -LaMOP)

Consacré, lors de ses origines (2004), fondamentalement aux documents diplomatiques bourguignons médiévaux (plus de 29 000 chartes), le programme des Chartae Burgundiae Medii Aevi (CBMA) s’est engagé depuis 2016 dans une profonde évolution. En vue de constituer un corpus à la fois structuré et hétérogène de textes latins médiévaux sur la longue durée (Ve-XVe siècle), il a commencé à intégrer à sa base de données et à sa plateforme d’autres types documentaires (narratifs, théologiques, normatifs, épigraphiques…).

CBMA logoLe propos de ce nouveau projet est de mettre à la disposition des chercheurs, en accès libre, un corpus propre aux formalisations et aux recherches assistées par l’informatique (notamment les fouilles de texte et les SIG), géographiquement circonscrit[1], facilement accessible et adaptable, qui peut être utilisé pour lui-même mais aussi servir de point de comparaison avec d’autres corpus, ouvrant ainsi à des approches à différentes échelles : locales, régionales, européennes. Actuellement (2018), deux nouveaux corpus sont en cours de constitution, celui réunissant les inscriptions épigraphiques (plus de 1 400 unités), en collaboration avec le CESCM et le soutien de COSME2 et celui des textes hagiographiques (environ 380 textes), avec le soutien du Labex Hastec, opération portée par le LaMOP en partenariat avec l’IRHT, le CJM et le LEM/CERCOR.

[1] La Bourgogne est comprise ici d’après les juridictions ecclésiastiques médiévales : les diocèses d’Auxerre, Langres, Nevers, Autun, Chalon, Mâcon, Besançon.

 

 

Corpus épigraphique bourguignon

Responsables Eliana Magnani (CNRS – LaMOP), Estelle Ingrand-Varenne (CNRS – CESCM)

Avec le soutien de COSME2, deux équipes partenaires supportant des programmes de recherches consolidés, le Corpus des Inscriptions de la France Médiévale (CIFM) et le Corpus Burgundiae Medii Aevi (CBMA) ont mis en place le projet commun de réalisation du « Corpus épigraphique bourguignon ».

En 2018, les inscriptions épigraphiques du VIIIe au XIIIe siècle, publiées entre 1997 et 2000 dans les volumes 19 (Jura, Nièvre, Saône-et-Loire), 20 (Côte-d’Or) et 21 (Yonne) du Corpus des Inscriptions de la France Médiévale ont été extraites, corrigées et complétées par les inscriptions répertoriées par l’équipe d’épigraphistes poitevins mais qui demeuraient inédites, notamment celles des XIIIe, XIVe et XVe siècles[1]. Par ce travail préliminaire à l’intégration des textes à la base des données des CBMA, 1 418 inscriptions en latin et en français ont été réunies (417 publiées et 947 inédites)[2]. Le traitement de cet ensemble (dont sa lemmatisation), alors qu’il pose la question des corpus plurilinguistiques, figure parmi les chantiers qui seront développés dans les prochains mois.

[1] R. Favreau, J. Michaud, B. Mora, Jura, Nièvre, Saône-et-Loire, Paris, 1997 (Corpus des inscriptions de la France médiévale, 19) – http://www.persee.fr/doc/cifm_0000-0000_1997_cat_19_1 ; Id., Côte-d’Or, Paris, 1999 (Corpus des inscriptions de la France médiévale, 20) http://www.persee.fr/doc/cifm_0000-0000_1999_cat_20_1; R. Favreau, J. Michaud, Yonne, Paris, 2000 (Corpus des inscriptions de la France médiévale, 21) – http://www.persee.fr/doc/cifm_0000-0000_2000_cat_21_1.

[2] L’extraction des textes et des métadonnées à partir des volumes océrisés disponibles en ligne, a été réalisée par Pierre Brochard (CNRS-LaMOP). Aurore Menudier (CESCM-Poitiers, avec le soutien de COSME2) a assuré la révision et a complété le corpus.

Les ateliers du groupe « Lemmes »

Groupe de travail « Lemmes » – responsable Eliana Magnani (CNRS -LaMOP)

Le groupe de travail « Lemmes » s’est donné pour objectif initial l’aide au développement des outils de lemmatisation des langues médiévales (latin, français, anglais…) et l’incitation à la diffusion des corpus textuels lemmatisés. En effet, encore très peu connue et pratiquée par la communauté des historiens médiévistes, cette opération fondamentale à toute approche des grands corpus est pourtant indispensable dans le cas des langues médiévales très flexionnées et à très grande variation orthographique.

Quatre équipes françaises partenaires de COSME2 (Biblissima, EnC, IRHT, LaMOP) ainsi qu’une équipe allemande (Univ. de Francfort) qui s’est également associée aux travaux du groupe, développent actuellement des « tagueurs » et/ou des paramètres pour des tagueurs préexistants. Avec d’autres partenaires (comme le CESCM), ces équipes diffusent aussi des corpus textuels lemmatisés ou en projet de lemmatisation.

Le groupe de travail compte réunir un à deux ateliers par an pour décider en commun et mettre en œuvre son activité.

Dans ce cadre, le premier atelier (novembre 2017[1]) visait à faire le bilan des outils existants, des points d’achoppement des applications et des orientations et actions à développer. Différents « lemmatiseurs » ont été présentés : Collatinus (Y. Ouvrard, Ph. Verkerk), Pandora (J.-B. Camps), CompHistSem (T. Geelhaar), OMNIA (R. Alexandre), PALM (M. Aouini, C. Fletcher, A. Mairey), avec le constat que, quels que soient leurs objectifs (pédagogiques, lexicographiques, textométriques) ou leurs structures (lexique plus entrainement ; réseau de neurones), tous les outils (tagueurs et/ou paramètres) présentés sont estimés performants à environ 90% (±5%). Ce sont donc les 5-15% d’erreurs qui demandent réflexion, comme la reconnaissance des noms propres (personnes et lieux) qui figurent parmi les erreurs récurrentes d’étiquetage. Par ailleurs, il est apparu nécessaire de réaliser l’évaluation systématique et comparative des outils de lemmatisation.

Le deuxième atelier  (juin 2018[2]) s’est articulé autour de ces points : la présentation de deux recherches doctorales sur les entités nommées (M. Auoini, S. Torres), du projet « Opera latina » du LASLA (Univ. de Liège) (D. Longrée, M. Fantoli) et la discussion sur les modalités à adopter pour l’évaluation des outils de lemmatisation. Les débuts des tests donneront l’occasion à la tenue d’un troisième atelier (décembre 2018).

Le groupe s’est engagé également à développer des activités de diffusion (tableau comparatif de la structure des outils et paramètres de lemmatisation) et de formation, à mettre en place à partir de 2019.

[1] Voir le programme : Étaient présents à cet atelier : Renaud Alexandre, Mourad Aouini, Pierre Brochard, Jean-Baptiste Camps, Chris Fletcher, Simon Gabay, Łukasz Gagala, Tim Geelhaar, Jean-Philippe Genet, Marlène Helias-Baron, Estelle Ingrand-Varenne, Fabrice Jejcic, Anne-Françoise Leurquin, Eliana Magnani, Aude Mairey, Yves Ouvrad, Nicolas Perreaux, Coraline Rey, Evgeniya Shelina, Sergio Torres, Philippe Verkerk.

[2] Voir le programme : Étaient présents à cet atelier : Renaud Alexandre, Mourad Aouini, Bruno Bon, Olivier Canteaut, Thibault Clérice, William Diakité, Margherita Fantoli, Simon Gabay, Christopher Geekie, Jean-Philippe Genet, Dominique Longrée, Eliana Magnani, Aude Mairey, Krzysztof Nowak, Yves Ouvrard, Nicolas Perreaux, Coraline Rey, Michał Rzepiela, Sergio Torres, Philippe Verkerk.

Journée d’études COSME « Qu’est-ce qu’un corpus ? »

Journée d’études

Qu’est-ce qu’un corpus ?


lundi 7 novembre 2016 – 9h30-18h

Paris, IRHT – Salle J. Vielliard – 40 avenue d’Iéna

contact : cbma.project@gmail.com

Le propos de cette journée d’études est de s’interroger sur ce qui est (ou pourrait être) un corpus pour les historiens médiévistes.

À partir du xvie siècle, en reprenant l’une des acceptions médiévales du mot latin corpus pour désigner un ensemble d’écrits (à commencer par les Écritures et par la notion de corpus iuris), les érudits modernes et contemporains intitulent corpus plusieurs de leurs collections de documents édités. On en vient alors, depuis le xixe siècle, à appeler corpus n’importe quel ensemble de pièces. Cet usage se généralise sous la plume des médiévistes à partir des années 1980 mais, surtout, des années 2000, et s’inscrit en parallèle avec l’informatisation et avec la multiplication des numérisations et des bases de données.

Ce mouvement général, qui n’est pas propre à l’histoire médiévale, a suscité, cependant, dans certaines disciplines des sciences humaines et sociales, notamment par l’apport de la linguistique, une solide réflexion et conceptualisation sur ce qui est/fait un corpus. À la fois en utilisant corpus dans son acception lâche de collection, recueil ou compilation, et beaucoup plus rarement en référence à la notion de corpus issue de la linguistique, les médiévistes n’ont pas encore fait émerger une définition raisonnée ni une réflexion conceptuelle autour de ce terme.

Cette journée d’études ouverte à tous, organisée par l’équipe du programme des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi), avec le soutien du Consortium Cosme (CNRS), du Lamop (UMR 8589) et de l’IRHT, entend proposer un diagnostic et contribuer à ouvrir des pistes de recherches épistémologiques, heuristiques et méthodologiques partagées.

Programme : 

Matin
9h30 : Accueil
10h : Introduction. Les médiévistes et le corpus (Eliana Magnani – CNRS, Lamop UMR 8589)
10h30  : Histoire du corpus et corpus en histoire : éléments de        présentation théoriques et pratiques (Magali Guaresi – Univ. Nice Sophia Antipolis,  CMMC EA  1193, BCL UMR 7320)
11h : Discussion
11h20  : Le corpus : une structure historienne ou historique ? (Nicolas Perreaux – SFB 1095 Ressourcenregime und  Schwächediskurse, Frankfurt am Main)
11h50 : Discussion
12h10 : Corps des canons et corps du droit au Moyen Âge (Charles de Miramon – CNRS, CRH UMR 8558)
12h40 : Discussion

13h : Déjeuner

Après-midi
14h : Pour une définition ouverte et empiriste du corpus en                    histoire du Moyen Âge (Sébastien Fray – Univ. Saint-Etienne)
14h30 : Discussion
14h50 : La problématique du corpus dans l’historiographie anglo-normande (Ismérie Triquet – Univ. Rennes II)
15h20 : Discussion
15h40 : Pause
16h : Corpus, distinctiones, extravagantes, deperdita : les                lettres de Loup de Ferrières, les défis et les nouveux acquis (Michael I. Allen – University of Chicago)
16h30 : Discussion
16h50 : Tour de table et conclusions (Joseph Morsel – Univ. Paris 1, Lamop UMR 8589)
18h : Fin des travaux

Journée d’études « Qu’est-ce qu’un corpus ? »

Qu’est-ce qu’un corpus ?

Journée d’études
Lundi 7 novembre 2016 – 10h-18h
Paris, IRHT – Salle J. Vielliard – 40 avenue d’Iéna


Appel à communications

Le propos de cette journée d’études est de s’interroger sur ce qui est (ou pourrait être) un corpus pour les historiens médiévistes.

À partir du xvie siècle, en reprenant l’une des acceptions médiévales du mot latin corpus pour désigner un ensemble d’écrits (à commencer par les Écritures et par la notion de corpus iuris), les érudits modernes et contemporains intitulent corpus plusieurs de leurs collections de documents édités. On en vient alors, depuis le xixe siècle, à appeler corpus n’importe quel ensemble de pièces. Cet usage se généralise sous la plume des médiévistes à partir des années 1980 mais, surtout, des années 2000, et s’inscrit en parallèle avec l’informatisation et avec la multiplication des numérisations et des bases de données.

Ce mouvement général, qui n’est pas propre à l’histoire médiévale, a suscité, cependant, dans certaines disciplines des sciences humaines et sociales, notamment par l’apport de la linguistique, une solide réflexion et conceptualisation sur ce qui est/fait un corpus. À la fois en utilisant corpus dans son acception lâche de collection, recueil ou compilation, et beaucoup plus rarement en référence à la notion de corpus issue de la linguistique, les médiévistes n’ont pas encore fait émerger une définition raisonnée ni une réflexion conceptuelle autour de ce terme.

Cette journée d’études ouverte à tous, organisée par l’équipe du programme des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi), avec le soutien du Consortium Cosme (TGIR Huma-Num) et du Lamop (UMR 8589), entend proposer un diagnostic et contribuer à ouvrir des pistes de recherches épistémologiques, heuristiques et méthodologiques partagées.

Les propositions de communication (une dizaine de lignes environ) sont à envoyer par courriel avant le 30 septembre 2016, à Eliana Magnani  (eliana.magnani@gmail.com).

Contact : eliana.magnani@gmail.com

Liens utiles :
http://www.cbma-project.eu/
http://lamop.univ-paris1.fr/

Ecole d’été d’Avranches en partenariat avec Biblissima

La Ville et la bibliothèque patrimoniale d’Avranches, en partenariat avec le CRAHAM, la MRSH-Université de Caen et l’Equipex Biblissima, organisent une école d’été à Avranches du 29 août au 2 septembre 2016, sur le thème « Editer et cataloguer aujourd’hui : autour de la bibliothèque du Mont-Saint-Michel ».

Le programme est disponible sur le site de Biblissima : http://www.biblissima-condorcet.fr/fr/actualites/ecole-ete-a-avranches-editer-cataloguer-aujourd-hui-autour-bibliotheque-mont-saint-michel

Cette école initiera les participants aux outils numériques de l’édition et du catalogage de sources anciennes à partir des manuscrits et volumes imprimés de l’ancienne bibliothèque du Mont Saint-Michel conservés à Avranches. Elle alternera des conférences, ateliers pratiques et études de cas.

L’outil E-Cartae, développé avec le soutien de COSME, fera l’objet d’une présentation.

Le projet PALM – Plateforme d’Analyse Linguistique Médiévale

http://palm.huma-num.fr/PALM/

Responsables scientifiques : Jean-Philippe Genet, Christopher Fletcher, Aude Mairey (LaMOP)

La plateforme d’analyse linguistique PALM est une plate-forme d’analyse linguistique en ligne qui, associée à la bibliothèque de textes médiévaux disponibles en accès libre MEDITEXT, permet de constituer, de gérer et de lemmatiser automatiquement un corpus de textes en trois langues : latin, moyen français et moyen anglais. Les textes de la bibliothèque sont exportables sous trois formats (HYPERBASE, Lexico3 et TXM), soit sous leur forme originale, soit sous forme lemmatisée, l’objectif étant de permettre un traitement textométrique. La lemmatisation automatique repose pour chacune de ses langues sur un tagger et sur un dictionnaire, le tagger étant entraîné sur le dictionnaire. Mais la lemmatisation automatique laisse subsister une proportion non négligeable de formes ambigües (une forme qui peut correspondre à plusieurs lemmes différents, le contexte immédiat ne permettant pas de trancher) et de formes qui ne correspondent à aucun lemme du dictionnaire. La résolution des ambiguïtés et l’addition de nouveaux lemmes au dictionnaire enrichit donc celui-ci : au fur et à mesure de la lemmatisation des textes et après chaque campagne de lemmatisation importante, le couple tagger-dictionnaire est mis à jour et donc amélioré.

Après les quatre années du programme SAS financé par l’ERC, le logiciel qui fait fonctionner la plate-forme et qui a été développé par Mourad Aouini donne toujours pleine satisfaction ; Mourad Aouini, qui utilise le logiciel pour sa thèse de doctorat en ingénierie linguistique et est vacataire dans une équipe du CNRS, en a assuré la maintenance et a apporté des améliorations significatives. Il sera disponible pour l’entraînement des taggers si nous améliorons les dictionnaires : c’est d’ailleurs ce qui s’est passé pour le dictionnaire de moyen anglais, langue pour laquelle de nouveaux textes ont été introduits dans la bibliothèque par Christopher Fletcher et par Aude Mairey, tandis que les lemmatisations étaient validées par une philologue du CESCM de Poitiers. Le présent projet porte sur le latin médiéval, langue pour laquelle nous voudrions améliorer nos outils en profitant du fait que Mourad Aouini ne s’est pas encore éloigné de notre laboratoire. Le travail de lemmatisation a été commencé dans le cadre de SAS par Laura Albiero, mais elle a surtout utilisé des textes, d’ailleurs fort difficiles, de latin poétique insulaire. Le dictionnaire latin, grâce à son noyau primitif constitué par les lemmes issus du dictionnaire du latin médiéval conçu par Michel Parisse et Monique Goullet est cependant de bonne qualité, mais il doit encore être amélioré par le traitement de textes appartenant à des corpus que nous n’avons pas ou peu abordés jusqu’ici, comme les textes de latin scolastique. Par ailleurs, l’un des objectifs initiaux de MEDITEXT était de rassembler l’ensemble des textes ressortant du champ du politique en France, en Angleterre et il nous paraît utile de mettre à la disposition de la communauté scientifique à la fois le full-text et le texte lemmatisé. En effet, chaque utilisateur peut lemmatiser un texte pour son propre usage dans le cadre de son espace de travail mais cela prend un certain temps et tous les chercheurs n’ont pas forcément une bonne formation philologique dans nos trois langues de travail.

Il serait donc très utile de pouvoir mettre à la disposition de la communauté scientifique des versions lemmatisées de grands textes politiques médiévaux, puisque l’absence d’orthographe fait de la lemmatisation une phase préalable et nécessaire au traitement textométrique de ces textes. Nous avons donc projeté la lemmatisation systématique d’un corpus de textes politiques qui doit servir au développement de méthodes statistiques d’exploration des corpus diachroniques que Stéphane Lamassé et Jean-Philippe Genet ont l’intention de présenter au prochain colloque JADT à Nice en Juin 2016. Le corpus est constitué de 12 textes, auxquels seront ajoutés si possible ceux du Defensor Pacis de Marsile de Padoue, le De ecclesiastica potestate de Gilles de Rome, un sous-corpus de textes de soutien à Philippe le Bel et, plus tard, la traduction latine de la Politique d’Aristote. Le parti pris est celui de la diachronie, en rupture avec l’exigence canonique de la synchronie affirmée par les théoriciens de la linguistique de corpus. C’est que nous ne nous situons pas dans l’optique de la production des textes, mais dans celle de leur lecture (ou audition). Le De Civitate Dei de Saint Augustin figure ainsi dans ce corpus parce que c’est le livre « politique » le plus lu (et de très loin) pendant toute la période médiévale (comme l’atteste l’enquête BIB menée par Jean-Philippe Genet sur les « bibliothèques » individuelles anglaises de 1100 à 1550 et qui porte sur environ 40000 mentions de livres), le De Officiis de Cicéron ne reparaissant dans les bibliothèques qu’à la seconde moitié du XVe siècle. L’un des points forts du corpus est la présence du De Regimine principum rédigé par Gilles de Rome à l’attention du futur Philippe le Bel, le texte politique phare produit pendant la période médiévale, dont subsistent aujourd’hui plus de 300 manuscrits pour 29 versions en dix langues : il n’y a pas d’édition moderne de ce texte et grâce au programme SAS, le LAMOP a pu faire numériser le texte d’une édition romaine du XVIe siècle. Les deux textes de la fin du Moyen âge, le De vita, moribus et regimine principum adressé vers 1356-1358 à Pierre IV par l’Infant Pierre d’Aragon que nous devons à la générosité d’Alexandra Beauchamp et le Tractatus de Regimine Principum ad regem Henricum Sextum adressé vers 1438-1440 à Henri VI d’Angleterre sont là comme simples témoins de l’évolution de la langue du conseil politique, car leur diffusion a été très limitée à la différence de celle des autres textes qui peuvent presque tous être considérés comme des « best-sellers » médiévaux.

Le principal obstacle à la mise en place de ce corpus lemmatisé est celui du temps. Si environ 80% des formes sont lemmatisées automatiquement – mais même ces formes doivent être vérifiées, car un lemme nouveau peut être confondu avec un lemme déjà présent dans le dictionnaire ce qui génère une lemmatisation fautive – il reste environ 20% de formes correspondant à des lemmes nouveaux ou dont l’ambigüité doit être résolue. Grâce au soutien du consortium COSME, nous avons pu commencer ce travail, en lemmatisant le « De Regimine Principum » de Gilles de Rome. En utilisant les ressources linguistiques ainsi créées, nous allons pouvoir améliorer la performance de PALM pour la langue latine, suite au réentrainement des taggeurs et du enrichissement des dictionnaires à base de cette première lemmatisation.

Épigraphie numérique : le projet TITULUS

TITULUS : édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale et base de données en épigraphie médiévale

Le Corpus des inscriptions de la France médiévale du CESCM, entreprise de publication qui recense depuis 1969 l’ensemble des textes du Moyen Âge gravés ou inscrits sur le métal, la pierre, le bois, le verre, etc. se trouve aujourd’hui confronté aux défis d’ecdotique posés par les nouvelles technologies, en matière d’édition numérique et de gestion et mise à disposition des fonds patrimoniaux d’une part, et par les réflexions épistémologiques sur l’épigraphie et les sciences auxiliaires en général.

Forte de cette riche expérience et des acquis du programme ANR ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) qui a permis de fructueuses comparaisons avec les travaux des épigraphistes antiquisants à travers EPI-DOC et des médiévistes travaillant sur d’autres supports (chartes, manuscrits, sceaux), l’équipe du CESCM a lancé en 2016 le projet TITULUS. Trois objectifs le guident :

  • Proposer à un large public, chercheurs, étudiants, professionnels du patrimoine ou amateurs, des sources encore trop méconnues en les rendant accessibles via le web : d’une part par la numérisation des anciens volumes sur Persée, d’autre part par une édition électronique en ligne des nouveaux tomes ;
  • Donner de nouveaux instruments de recherche ;
  • Proposer une édition dynamique, prenant en compte les nouvelles interrogations des chercheurs sur la culture visuelle, graphique et matérielle, la disposition, la gestion de l’espace d’écriture, tout en respectant la philosophie du CIFM depuis l’origine : la simplicité.

À la fois idée et matière, texte et objet, l’inscription possède une dimension visuelle, graphique, matérielle et contextuelle ; autant d’éléments qu’il est souvent difficile de fournir au lecteur dans la limite d’un livre imprimé. En prenant en compte l’ensemble des signes tracés sur une inscription (lettres, ponctuation, décor, signes d’abréviation) et en associant l’édition à l’image, la forme électronique proposera bien plus qu’un complément d’information mais une nouvelle façon d’appréhender l’inscription sous tous les points de vue. Elle proposera également une édition dynamique en XML-TEI et non plus un corpus statique ; celui-ci pourra désormais être augmenté et corrigé au fur et à mesure des découvertes archéologiques, des précisions chronologiques, des produits des comparaisons à grande échelle, etc. En associant à la notice « traditionnelle » l’ensemble du matériel utilisé pour sa rédaction, l’édition électronique ne donnera pas seulement à lire le produit de la recherche mais la recherche en tant que processus, en permettant au lecteur de suivre pas à pas le raisonnement de l’éditeur pour le confirmer ou éventuellement le nuancer.

Le projet ARMMA : ARmorial Monumental du Moyen Âge

http://heraldica.hypotheses.org/1106

Le programme ARMMA élabore un inventaire critique des décors héraldiques médiévaux conservés et œuvre à la valorisation du patrimoine. Ce programme initié en septembre 2013 en partenariat avec la DRAC Poitou-Charentes a débuté par un inventaire des témoignages héraldiques visibles aujourd’hui conservés dans la ville de Poitiers. Depuis étendu à l’ensemble du Poitou, ce recensement, établi par des enquêtes de terrain et des recherches bibliographiques et archivistiques, permet de prendre en compte les décors conservés et disparus, d’analyser ce patrimoine, d’en étudier les fonctions, d’attirer l’attention sur sa conservation et le potentiel de valorisation qu’il contient en terme patrimonial, culturel et touristique. Soutenu par d’importants financements ayant permis le recrutement d’un contractuel post-doctorant, ARMMAA rassemble des données accessibles via un site internet associé à une base de données développées sous WordPress mise en ligne à l’été 2016. Cette base, conçue comme un outil de travail à disposition des conservateurs du patrimoine, des héraldistes, des historiens et historiens de l’art, permet notamment une géolocalisation des décors sur le territoire et dans les sites, l’accès à des notices d’analyse critique établissant l’identification des armoiries en question, une enquête archivistique et monumentale, une contextualisation des décors au sein du monument qui les abrite, une interprétation de leurs fonctions dans la mise en signe de l’espace au Moyen Age et la culture visuelle des contemporains.

La base DEVISE

Corpus DEVISE : Base de données sur l’emblématique européenne de la fin du Moyen Age

http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/

La base DEVISE est issue des recherches de thèse de Doctorat de Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Age, soutenue en 2001 à l’Université de Poitiers sous la direction des professeurs Michel Pastoureau et Martin Aurell. Elle recense l’ensemble des devises répertoriées et étudiées à l’occasion de ce travail de recherche ainsi que les nombreuses informations ajoutées depuis plus de dix ans a ce corpus initial grâce à de nouvelles recherches et a de nombreuses et très fructueuses collaborations. Cette base à pour ambition de rassembler l’ensemble des données relatives aux devises européennes de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance (1350-1550). Elle permet aux chercheurs qui le souhaitent de s’associer en qualité de contributeurs à cette initiative en signalant les nouvelles occurrences répertoriées, en complétant ou en corrigeant les notices en ligne.

Lettres originales de Jean XXII

« LOJ22 » (Lettres originales de Jean XXII) s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherches développé par le CIHAM sur la correspondance pontificale et plus largement sur les sources du gouvernement central de l’Eglise aux XIIe-XIVe siècles. LOJ22 vise plus particulièrement à constituer un outil d’analyse à la disposition d’un public de chercheurs. Mais pour ce faire il s’inscrit dans une logique de création d’un corpus spécifique : la correspondance pontificale étant trop souvent étudiée à partir des seuls registres de lettres, on valorise ici les originaux produits au nom d’un pape dont le règne fut long (plus de 18 ans), qui passe pour avoir profondément réformé le travail de sa Chancellerie, et pour lequel on a conservé un ensemble de documents disséminés en Europe d’une grande diversité typologique (brouillons autographes, minutes d’abréviateurs, grosses fautives, expéditions plus ou moins soignées), qui éclairent le véritable et complexe fonctionnement concentrique de la production épistolaire autour d’un souverain au Moyen Âge.

Le programme, piloté par Armand Jamme, considère donc la lettre comme un vestige archéologique – ce qu’elle est parfois (!) – et insiste en conséquence sur les aspects matériels, les mentions hors teneur, l’identité des copistes, les coûts, mis en relation avec les aspects esthétiques. Au cours de l’année 2016, le chargement du questionnaire, développé sous GoogleForms afin de résoudre la problématique d’alimentation distribuée, a porté sur la documentation conservée dans les archives du Vatican et de la couronne d’Aragon. Divers travaux de repérage ont été menés également dans les archives départementales françaises.

Cartulaires numérisés d’Île-de-France

L’École des chartes a lancé il y a bientôt dix ans une entreprise de numérisation et de publication en ligne d’éditions de chartriers et de cartulaires des établissements ecclésiastiques médiévaux d’Île-de-France. Ce projet a abouti à l’édition, en XML/TEI, de dix-huit cartulaires, aujourd’hui en ligne à l’adresse :

http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/

Le projet s’oriente désormais vers une seconde phase, plus complexe : la publication électronique d’éditions demeurées sous forme manuscrite et, à ce titre, peu accessibles et souvent mal connues. Avec le soutien du consortium COSME, l’École des chartes entreprend en 2016 de procéder à la saisie et à l’encodage en XML/TEI de l’édition du chartrier de Saint-Maur-des-Fossés, réalisée en 1925 par Marcel Baudot dans le cadre de sa thèse d’École des chartes et conservée aux archives départementales de Paris.

Corpus iconographique des éditions Zodiaque

Le corpus iconographique légué au CERCOR dans les annaées 1990 par un photographe ayant travaillé pour les éditions Zodiaque constitue un ensemble de diapositives consacrées à l’art religieux roman, essentiellement pour la France, mais aussi pour quelques pays europénes voisins. Il représente 1600 images. Leur numérisation et traitement documentaire (répertoire et catalogage sur les réseaux des bibliothèque suniversitaires) ont été effectués avec le soutien de COSME. Ils ont préparé leur mise en ligne, opérée en 2015-2016 par les ingénieurs d’études Lydia Khelifa puis Ahmad Fliti (CNRS). L’accès est gratuit, moyennant un enregistrement préalable, et donne lieu à une recherche multicritères, avec des possibilités de téléchargement :

https://borne.univ-st-etienne.fr/archivolte/

Il s’agit d’un outil d’appui à la recherche en histoire de l’art religieux, mais aussi à l’activité éditoriale et de diffusion iconographique.

Enquête COSME sur les corpus numériques des médiévistes

COSME continue ses travaux. Nous vous tiendrons au courant, sous peu, ici-même, de leur évolution.

Par ailleurs, nous voudrions dresser un état des lieux du paysage des corpus numériques mis en place par les chercheurs et les équipes en France, inédits comme édités, sources comme travaux… Nous avons pour objectif de publier cet inventaire ici. Celui-ci permettra de constater la diversité du paysage des corpus de médiévistes, de visualiser les corpus à soutenir matériellement et financièrement et de mieux prévoir la mise en lien de tous (« interopérabilité »).

Nous proposons à tout chercheur/toute équipe intéressée de remplir le formulaire de l’enquête (longue ou courte, format libre) accessible via le lien ci-joint :

http://goo.gl/forms/lCU4RapfqN08cXJ42

La clôture de l’enquête est fixée au 27 août 2016.

L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte rendu (4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’études sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publié en quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Ateliers sur les bonnes pratiques juridiques). 

4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques (3 février après-midi)

Erica Durante expose des questions d’édition génétique. L’édition génétique bannit l’édition critique. En effet, la variante n’existe pas en édition génétique : ici, c’est l’ensemble du dossier qui compte. On ne considère pas telle ou telle étape comme variante, tout se vaut en tant que texte. L’apparat est considéré comme un cimetière. Tout doit être entièrement édité et sans hiérarchie. L’édition génétique se considère comme une édition non-invasive vis-à-vis du texte. On ne parle plus en termes d’auctoritas ; la relation avec l’auteur se définit en termes d’égalité ou de complicité. On édite sans discriminer ni hiérarchiser, il n’y a pas de notion de dernière volonté de l’auteur : l’auteur et le texte achevés n’existent pas. L’éditeur en édition génétique peut même amener l’auteur à réfléchir sur son propre travail, dans un dialogue constructif. Évidemment, travailler sur des auteurs vivants représente une grande difficulté ; on n’oubliera pas les difficultés des interactions avec les ayant-droits, qui peuvent bloquer tout le processus d’édition génétique.

Un exemple problématique vient appuyer son propos : après sa thèse sur Valéry et Borges lecteurs de Dante, E. Durante a voulu étudier la bibliothèque de Borges comme premier moment de son écriture. Elle a dressé le catalogue de la bibliothèque durant deux ans : 3000 livres plus les notes autographes de lecture. Mais ce catalogue est toujours interdit de publication par les ayants-droits de Borgès, en l’occurrence son épouse qui est garante de ses droits et de son image. La question des possibilités d’avancement d’une recherche tributaire d’un tiers est posée ici : faut-il introduire une formation juridique pour les futurs éditeurs ? Ce travail de publication était prévu dans le financement accompagnant la mission d’E. Durante à la bibliothèque de Borges. M. Dantant (juriste au CNRS) intervient pour souligner que c’est un problème très complexe, il y a là des aspects de droit international. Il pense, sous réserve, que le droit applicable est le droit argentin. Il comprend qu’E. Durante a mis en place une base de données, sur lesquelles deux droits courent : le droit d’auteur et le droit du producteur de bases de données (caractérisée par un investissement substantiel). La question qui se pose: est-ce que le travail a consisté à recréer la bibliothèque, ou a-t-elle eu un véritable apport sur l’existant ? M. Dantant fait un parallèle avec le jugement Droz-Garnier. P. Lebbe se demande si dans le cas de cette bibliothèque de Borges, n’interviendraient pas également des questions de vie privée ou de droit de la personnalité. Pour ce genre de dossiers, il faut une convention de collaboration de recherche, qu’il y ait question de droit d’auteur ou pas. Des droits peuvent y être établis pour le chercheur, droits remontés par convention de cession de droits à l’établissement qui peut ensuite traiter avec les partenaires industriels plus ou moins d’égal à égal en cas de problème.

Lebbe fait remarquer que dans le cas de Borges, on a affaire à des œuvres qui ne sont pas encore tombées dans le domaine public, émanées d’un écrivain qui vivait de son travail : caractéristique à prendre en compte, à ne pas mettre sur le même plan que les relations éditeur scientifique-éditeur commercial.

Dominique Poirel intervient à son tour à propos de l’édition critique, montrant qu’édition critique et génétique se rejoignent dans leur recherche d’éventuels remaniements d’auteur. Il poursuit avec un exemple d’édition critique basée sur des collations sur 120 mss.

Dantant revient ensuite sur le jugement en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un jugement de premier degré avec un appel en cours : rien de définitif donc. Il n’est néanmoins pas inattendu, d’autres décisions précédentes sur des données brutes allaient dans ce sens, comme pour les notices de dictionnaire. Le contexte de préparation de ces notices, voulu objectif, écarte le libre choix, ce qui pourrait se rapprocher du travail de l’éditeur. Plus le travail est objectif et bien fait, plus il semblerait s’éloigner du droit d’auteur… Cependant, ce jugement Garnier-Droz s’inscrit par ailleurs dans un mouvement de libération des données et dans un contexte de réflexion sur l’auteur et son droit. Tout travail scientifique n’est pas forcément couvert par le droit d’auteur. En tout cas, c’est une réflexion quotidienne au CNRS. Par exemple, les données satellites ne sont pas considérées comme assujetties au droit d’auteur, mais la filière les considère traditionnellement comme appropriables. On tente donc d’aménager le paysage avec des conventions.

En Belgique, un fac-similé n’est pas protégeable, nous apprend P. Lebbe, tandis que M. Dantant évoque le droit du photographe se superposant aux éventuels droits de l’œuvre. Et donc, comme le souligne M. Brunet, surviennent les problèmes posés par la Réunion des Musées Nationaux quant au domaine de l’image et à sa réutilisation. L’open access pose un problème politique non encore résolu.

Poirel déplore la volonté de séparer, de fait, la propriété littéraire et artistique de la propriété intellectuelle. M. Dantant précise que ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de droit d’auteur qu’il n’y a ni reconnaissance ni question de rémunération ou de finances, cela peut se faire hors de ce droit.

Lebbe évoque le droit allemand de droits dérivés pour l’éditeur. C’est une protection dans le cadre de l’Urheberrecht, valable 25 ans après la date de parution, et si celle-ci est scientifique et notablement différente de celles qui ont précédé. Ce droit est valable aussi 25 ans après sa réalisation si la recherche n’a pas été publiée.

Bertrand se demande si une édition de textes (électronique, de type XML ou PHP, ou traditionnellement en papier) pourrait être considérée comme une base de données, puisqu’un droit spécifique les protège ? A. Berra s’interroge : une juridiction a-t-elle eu à statuer sur un fichier encodé ?

Pierrot évoque son envie de sortir des contrats-types d’édition (cf. sa présentation de la veille) et demande à M. Dantant s’il y aurait un soutien du CNRS pour ce genre d’activité ? Celui-ci répond que les juristes du CNRS ont été saisis de certains problèmes nés de contrats pas lus ou de publications en Creative Commons sur des blogs. Mais il faut noter que le rôle du CNRS s’arrête vite, parce que ce n’est pas lui qui est titulaire du droit : il peut orienter ou conseiller, c’est tout.

Dantant continue: le problème de fonds pour la publication scientifique vise à se demander en quoi la description d’un phénomène scientifique est protégeable par le droit d’auteur. Le CNRS a donc le projet d’une convention générale avec les grands éditeurs. Mais les questions sont à peine posées, car survient, notamment pour les sciences dures, la question des données brutes et des masses de données. Celles-ci sont-elles objet de droit d’auteur ? En gros, ce jugement n’est que la partie émergée d’un iceberg lié à l’open data, qu’on est en train de découvrir.

Bertrand conclut les débats en remerciant les orateurs et participants. Il se réjouit de la richesse de ces échanges, qui ont montré que derrière cette question du droit d’auteur/éditeur, se cachent des enjeux juridiques, mais aussi économiques, symboliques, institutionnels.