Archives par mot-clé : CESCM

Le corpus épigraphique bourguignon (VIIIe-XVe s.): Des catalogues aux applications numériques

Journée d’études : 23 octobre 2018, 10h-17h

Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design), 1er étage – porte 133, 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e

Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3)

Dans le cadre de la collaboration établie par les programmes consolidés des CIFM (Corpus des Inscriptions de la France Médiévale  – CESCM-Poitiers) et CBMA (Corpus Burgundiae Medii Aevi  – LaMOP – Paris), leurs équipes ont constitué un corpus de plus de 1400 inscriptions bourguignonnes du VIIIe au XVe siècle, publiées ou inédites, écrites en différentes langues, latin et ancien français en particulier.

Le propos de cette journée d’études est de revenir sur le processus d’acquisition et de structuration des données du corpus et d’évaluer son potentiel d’exploitation pour la recherche historique au regard des différents traitements informatiques possibles, linguistiques et spatiaux. Il s’agit de discuter, sur la base des différentes expériences réalisées, aussi bien des caractéristiques propres du matériel linguistique des inscriptions que de leurs usages dans l’espace et dans le temps.

Cette journée d’études est ouverte à tous les intéressés. En vue de l’organisation matérielle, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 08 octobre 2018 : cbma.project@gmail.com

Porté par le LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589) et le CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302), ce projet bénéficie du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux) et du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).

Organisation et coordination scientifique :
Eliana Magnani, CNRS – LAMOP UMR 8589 eliana.magnani@univ-paris1.fr
Estelle Ingrand-Varenne, CNRS – CESCM UMR 7302
estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

PROGRAMME

Acquisition et traitements

 10h – Introduction. Autour du corpus épigraphique bourguignon : chiffres, chronologie, langues – Eliana Magnani (CNRS, Lamop) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CESCM)

10h40 – De l’OCR à Philologic. Un parcours informatique – Pierre Brochard (CNRS, Lamop)

11h20 – Le matériel épigraphique révisé et complété. Le traitement des inscriptions de la fin des années 1990 à aujourd’hui – Aurore Menudier (CESCM) 12h-12h30 – Discussions

 Exploitations 

14h – La lemmatisation des inscriptions est-elle possible ? – Nicolas Perreaux (Université de Francfort)

14h40 – Les inscriptions d’après des expériences en SIG – Davide Gherdevich (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), Thomas Lienhard (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

15h30 – Pause

16h – Discussions et tour de table conclusif

Épigraphie numérique : le projet TITULUS

TITULUS : édition électronique du Corpus des inscriptions de la France médiévale et base de données en épigraphie médiévale

Le Corpus des inscriptions de la France médiévale du CESCM, entreprise de publication qui recense depuis 1969 l’ensemble des textes du Moyen Âge gravés ou inscrits sur le métal, la pierre, le bois, le verre, etc. se trouve aujourd’hui confronté aux défis d’ecdotique posés par les nouvelles technologies, en matière d’édition numérique et de gestion et mise à disposition des fonds patrimoniaux d’une part, et par les réflexions épistémologiques sur l’épigraphie et les sciences auxiliaires en général.

Forte de cette riche expérience et des acquis du programme ANR ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) qui a permis de fructueuses comparaisons avec les travaux des épigraphistes antiquisants à travers EPI-DOC et des médiévistes travaillant sur d’autres supports (chartes, manuscrits, sceaux), l’équipe du CESCM a lancé en 2016 le projet TITULUS. Trois objectifs le guident :

  • Proposer à un large public, chercheurs, étudiants, professionnels du patrimoine ou amateurs, des sources encore trop méconnues en les rendant accessibles via le web : d’une part par la numérisation des anciens volumes sur Persée, d’autre part par une édition électronique en ligne des nouveaux tomes ;
  • Donner de nouveaux instruments de recherche ;
  • Proposer une édition dynamique, prenant en compte les nouvelles interrogations des chercheurs sur la culture visuelle, graphique et matérielle, la disposition, la gestion de l’espace d’écriture, tout en respectant la philosophie du CIFM depuis l’origine : la simplicité.

À la fois idée et matière, texte et objet, l’inscription possède une dimension visuelle, graphique, matérielle et contextuelle ; autant d’éléments qu’il est souvent difficile de fournir au lecteur dans la limite d’un livre imprimé. En prenant en compte l’ensemble des signes tracés sur une inscription (lettres, ponctuation, décor, signes d’abréviation) et en associant l’édition à l’image, la forme électronique proposera bien plus qu’un complément d’information mais une nouvelle façon d’appréhender l’inscription sous tous les points de vue. Elle proposera également une édition dynamique en XML-TEI et non plus un corpus statique ; celui-ci pourra désormais être augmenté et corrigé au fur et à mesure des découvertes archéologiques, des précisions chronologiques, des produits des comparaisons à grande échelle, etc. En associant à la notice « traditionnelle » l’ensemble du matériel utilisé pour sa rédaction, l’édition électronique ne donnera pas seulement à lire le produit de la recherche mais la recherche en tant que processus, en permettant au lecteur de suivre pas à pas le raisonnement de l’éditeur pour le confirmer ou éventuellement le nuancer.

Le projet ARMMA : ARmorial Monumental du Moyen Âge

http://heraldica.hypotheses.org/1106

Le programme ARMMA élabore un inventaire critique des décors héraldiques médiévaux conservés et œuvre à la valorisation du patrimoine. Ce programme initié en septembre 2013 en partenariat avec la DRAC Poitou-Charentes a débuté par un inventaire des témoignages héraldiques visibles aujourd’hui conservés dans la ville de Poitiers. Depuis étendu à l’ensemble du Poitou, ce recensement, établi par des enquêtes de terrain et des recherches bibliographiques et archivistiques, permet de prendre en compte les décors conservés et disparus, d’analyser ce patrimoine, d’en étudier les fonctions, d’attirer l’attention sur sa conservation et le potentiel de valorisation qu’il contient en terme patrimonial, culturel et touristique. Soutenu par d’importants financements ayant permis le recrutement d’un contractuel post-doctorant, ARMMAA rassemble des données accessibles via un site internet associé à une base de données développées sous WordPress mise en ligne à l’été 2016. Cette base, conçue comme un outil de travail à disposition des conservateurs du patrimoine, des héraldistes, des historiens et historiens de l’art, permet notamment une géolocalisation des décors sur le territoire et dans les sites, l’accès à des notices d’analyse critique établissant l’identification des armoiries en question, une enquête archivistique et monumentale, une contextualisation des décors au sein du monument qui les abrite, une interprétation de leurs fonctions dans la mise en signe de l’espace au Moyen Age et la culture visuelle des contemporains.

La base DEVISE

Corpus DEVISE : Base de données sur l’emblématique européenne de la fin du Moyen Age

http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/

La base DEVISE est issue des recherches de thèse de Doctorat de Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Age, soutenue en 2001 à l’Université de Poitiers sous la direction des professeurs Michel Pastoureau et Martin Aurell. Elle recense l’ensemble des devises répertoriées et étudiées à l’occasion de ce travail de recherche ainsi que les nombreuses informations ajoutées depuis plus de dix ans a ce corpus initial grâce à de nouvelles recherches et a de nombreuses et très fructueuses collaborations. Cette base à pour ambition de rassembler l’ensemble des données relatives aux devises européennes de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance (1350-1550). Elle permet aux chercheurs qui le souhaitent de s’associer en qualité de contributeurs à cette initiative en signalant les nouvelles occurrences répertoriées, en complétant ou en corrigeant les notices en ligne.

LE PROJET SIGILLA

La sigillographie s’inscrit depuis les années 1830-60 dans une perspective
 d’édition à la fois extensive et originale. Les sceaux, qui forment l’un 
des plus abondants corpus médiévaux, bénéficient depuis un siècle et demi 
d’outils documentaires dont les fondements épistémologiques ont peut- être
 contribué à rendre ces objets moins accessibles alors même qu’ils 
permettent d’éclairer des pans entiers de la culture médiévale. Allant de 
l’histoire sociale à l’anthropologie en passant par l’histoire de l’art et 
le droit, les sceaux sont des témoins essentiels des pensées, des codes, 
des mœurs, des rapports sociaux des hommes et des institutions du Moyen
 Âge.

Initié en 2013 par le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation 
Médiévale de Poitiers, le programme SIGILLA (base de données des sceaux 
français) est un projet de fédération et de promotion des collections 
numérisées des sceaux des institutions de conservation 
françaises (archives, musées, bibliothèques, collections
particulières). Partant du constat de la multiplication des mises en ligne 
de sceaux par les centres d’archives, entraînant une certaine dispersion
 des méthodes et de l’information, le CESCM s’est proposé de rassembler les 
énergies dans le cadre d’un Consortium SIGILLA associant laboratoires de 
recherches, institutions de conservation, musées, bibliothèques et 
archives départementales, en collaboration étroite avec les Archives
 nationales (AN, AD Aube, CRULH de Nancy, CRAHAM de Caen, société ARES, IRHT, TGIR Huma-Num). Bénéficiant du soutien financier du consortium COSME assurant le développement des bases en humanités numériques médiévales, du Service interministériel des Archives de France mais également de mécènes, SIGILLA s’organise selon deux axes. Le premier ambitionne la création d’un outil documentaire en ligne innovant prenant le sceau dans toute sa richesse, tant sous l’angle diplomatique et juridique que sous celui d’une pratique inscrite dans la matérialité et la sérialité. Le second consiste 
en l’enrichissement de cette base de données par le biais du moissonnage 
des données numériques existantes tout en se proposant de décrire la 
partie inédite d’un corpus immense et encore largement méconnu.

Les outils nécessaires à la collecte des données et à leur diffusion 
publique, élaborés pour favoriser l’indexation collaborative, permettront 
prochainement aux archives partenaires ou volontaires d’alimenter cette 
base nationale de sceaux. SIGILLA, sans dévaloriser les bases déjà constituées mais en les enrichissant de données comparatives, devrait permettre à moyen terme, de rassembler sur un site unique l’ensemble des empreintes déjà numérisées et cataloguées. Le Programme cherche également à encourager le versement de nouvelles collections, soutenu, autant que possible, par des financements fléchés et/ou une assistance technique.

Si l’ambition de la base SIGILLA n’est pas de renouveler fondamentalement 
la méthode sigillographique, le support numérique impose un certain nombre 
d’adaptations et d’amendements qui, à terme, contribueront à rendre la
 source plus accessible. L’intérêt majeur du projet est bien de donner à
voir à la fois la diversité des supports : sceaux originaux mais aussi moulages, dessins, photographies anciennes, tout en traduisant le 
principe sériel dans lequel s’inscrit fondamentalement la pratique 
sigillographique. Située au confluent des disciplines et prenant en compte la complexité de la pratique sigillaire, la base SIGILLA permettra de répondre aux 
exigences et aux attentes à la fois des spécialistes des sciences 
historiques et sociales, des historiens des techniques et des matériaux 
mais également d’un public plus large.