Archives de catégorie : Groupe de travail référentiels

Mesures et ‘valeurs’ : autour de la question des poids et mesures

Groupe de travail « Mesures et ‘valeurs’ » – responsable Armand Jamme (CNRS -Ciham)

Les interrogations sur les mesures et ce qu’elles signifient sont depuis le début des études historiques un vrai serpent de mer. Les valeurs enregistrées dans les sources médiévales n’ont pas en effet la claire évidence arithmétique que paraît recouvrir leur expression chiffrée, non seulement parce qu’elles n’ont de sens que replacées dans un contexte économique et culturel précis, mais aussi à cause de la diversité des systèmes de comptes utilisés, sans évoquer ici le fameux « système monastique » étudié par David King. A cette complexité, vient s’ajouter la diversité des formes de restitution des abréviations et des chiffres par les éditeurs de textes médiévaux.

Les projets que le groupe M&V entendait développer, dans le cadre du consortium COSME2 orienté vers la création de référentiels, sont au nombre de trois :

  • bâtir un système permettant de dresser les soldes intermédiaires et finaux d’un registre de comptes édité en ligne et ses traductions graphiques ;
  • constituer une base de données décrivant les exercices comptables, dans toute leur diversité génétique, aujourd’hui conservés pour l’espace français du XIIIe siècle ;
  • réfléchir à la constitution d’un glossaire des monnaies médiévales offrant pour chaque espèce, outre sa description et son histoire, son poids réel en métal plus ou moins précieux.

Le premier est, à mi-parcours, en bonne voie, puisqu’un script résultant de l’invention d’un mécanisme permettant de totaliser des chiffres romains, exprimés parfois en recourant à des sommes exposées (VIXXXIII, par exemple), et bien évidemment intégrant les égalités qui sont à la base du système livre, sous, denier, sera adapté à titre de test sur une édition électronique à la fin 2018. Ceci peut laisser présager en fin de programme la création d’un système de traitement mathématique d’un grand nombre d’éditions numériques de textes comptables, même si les handicaps demeurent à ce jour importants.

Les échanges, longs mais nécessaires à l’élaboration des paramètres d’inventorisation ont abouti pour le second objectif à un plan de travail sous excel, qui permet de lancer à l’automne 2018 la production de la base et son interface de saisie. A terme cette BDD qui doit recevoir les analyses d’exercices comptables de diverses origines géographiques, institutionnelles et donc culturelles, devrait être publiée sur Thelma.

En revanche, le développement d’un projet de glossaire des monnaies, a été freiné par l’existence parallèle et simultané d’un projet de portail des monnaies françaises actuellement développé par l’EPHE et la BnF. Tout ceci nécessite de nouvelles discussions et une reconfiguration tant des objectifs que des méthodes pour parvenir à une vraie complémentarité des deux structures qui, pour avoir le même objet  et donc de nombreux éléments communs, n’en ont pas moins des paramètres d’analyse différents.

Membres de l’équipe :

Armand Jamme (CNRS)

Philippe Bernardi (CNRS),

Didier Boisseuil (Univ. Tours),

Marc Bompaire (EPHE),

Gaël Chenard (Arch. Dép. Vienne),

Florence Codine (BnF),

Harmony Dewez (Univ. Poitiers),

Christelle Loubet (Univ. Lorraine),

Shinya Mukai (Osaka Univ.)

G. Porte

A. Sablon du Corail (Arch. Nat.),

D. Sassu Normand

Les cotes des manuscrits : construire un référentiel commun

Groupe de travail « Alignement des cotes de manuscrits » – 
Responsable : François Bougard (IRHT)

Le groupe de travail sur les cotes des manuscrits médiévaux et modernes se fixe pour objectif d’œuvrer à un meilleur repérage de cet élément d’identification essentiel des volumes qu’est la cote qui leur est assignée par les établissements de conservation (bibliothèques, archives, musées). L’enjeu est d’abord quantitatif étant donné le grand nombre de témoins. Mais il s’agit surtout de faire en sorte d’éliminer les ambiguïtés qui dérivent de l’hétérogénéité des libellés et surtout de leur côté changeant. Un même manuscrit peut avoir reçu pas moins d’une demi-douzaine d’appellations différentes en des temps récents, sans parler bien sûr de la stratigraphie des cotes anciennes antérieures au dépôt dans les fonds actuels. Cette diversité a pour effet que les recherches liées aux différents manuscrits sur internet ne donnent souvent que des résultats partiels et décevants, faute de pouvoir établir des liens faciles entre des informations pourtant disponibles.

La construction d’un référentiel commun passe par une opération d’alignement des cotes entre les différentes bases de données nationales et internationales. L’ÉquipEx Biblissima réalise ce travail pour les bases dont elle met en œuvre l’agrégation des données. La plupart de celles de l’IRHT sont concernées (Bibale, Initiale, Jonas, Fama, Pinakes, Iter liturgicum Italicum), et leur alignement se règle sur celui de la base Medium, répertoire informatisé centralisé des manuscrits reproduits ou recensés par l’IRHT, qui sert de réservoir commun.

COSME, de son côté, soutient depuis plusieurs années l’alignement non seulement des cotes mais aussi des établissements de conservation de la base scriptorium.be, qui rassemble les informations bibliographiques relatives à chaque manuscrit depuis la création de la revue homonyme en 1946 (Scriptorium. Revue internationale des études relatives aux manuscrits, est commune à la Bibliothèque royale de Belgique et à l’IRHT ; elle publie chaque année deux fascicules complémentaires du Bulletin codicologique, sous les auspices du Centre international de codicologie). Depuis l’été 2017, scriptorium.be est hébergé sur les serveurs de l’IRHT à Orléans, ce qui facilite le travail. Il s’agit d’une opération de longue haleine, qui concernera à terme 263 000 cotes et 35 000 références bibliographiques.

De même, COSME a soutenu la mise en place d’un outil de « recherche floue », qui permet de se libérer de la contrainte des points, des espaces ou de l’ordre dans le libellé des éléments constitutifs de la cote. Il s’agit pour l’instant d’une amélioration pour la consultation et la gestion interne des différentes bases et surtout de Medium.

En 2018 et 2019, le groupe de travail sur les cotes poursuit le soutien à l’alignement des informations de scriptorium.be (récupération et traitement des données de manière rétrospective selon le rythme de parution de la revue). Il élargit les opérations d’alignement des cotes vers d’autres « réservoirs », de façon à améliorer leur accessibilité. Un accord est en cours de finalisation avec les éditions Brepols pour les cotes des manuscrits renseignées dans la Bibliographie du Moyen Âge tardif (BAMAT, 26 fascicules parus depuis 1991, appelée à devenir eBAMAT) et dans l’incipitaire latin In Principio (un million d’entrées) : le but est d’offrir une clé d’entrée à ces stocks d’information par cote, en intégrant chacune d’elle, alignée, dans la base Medium, avec le lien correspondant.

Le travail de longue haleine sur les cotes s’inscrit aussi dans la réflexion internationale sur la mise au point d’un identifiant unique pour les manuscrits (ISMI : International Standard Manuscript Number). Ce projet, évoqué lors de trois rencontres à Paris en 2017 et 2018, est encore embryonnaire et suscite de multiples discussions. Il débouchera peut-être sur la mise au point d’une norme internationale ISO, comparable à celle qui existe pour l’ISBN et l’ISSN.

Membres du groupe :

François Bougard (IRHT),

Mickaël Lefèvre (KBR)

Cyril Masset (IRHT)

Véronique Trémault (IRHT)

Les ateliers du groupe « Lemmes »

Groupe de travail « Lemmes » – responsable Eliana Magnani (CNRS -LaMOP)

Le groupe de travail « Lemmes » s’est donné pour objectif initial l’aide au développement des outils de lemmatisation des langues médiévales (latin, français, anglais…) et l’incitation à la diffusion des corpus textuels lemmatisés. En effet, encore très peu connue et pratiquée par la communauté des historiens médiévistes, cette opération fondamentale à toute approche des grands corpus est pourtant indispensable dans le cas des langues médiévales très flexionnées et à très grande variation orthographique.

Quatre équipes françaises partenaires de COSME2 (Biblissima, EnC, IRHT, LaMOP) ainsi qu’une équipe allemande (Univ. de Francfort) qui s’est également associée aux travaux du groupe, développent actuellement des « tagueurs » et/ou des paramètres pour des tagueurs préexistants. Avec d’autres partenaires (comme le CESCM), ces équipes diffusent aussi des corpus textuels lemmatisés ou en projet de lemmatisation.

Le groupe de travail compte réunir un à deux ateliers par an pour décider en commun et mettre en œuvre son activité.

Dans ce cadre, le premier atelier (novembre 2017[1]) visait à faire le bilan des outils existants, des points d’achoppement des applications et des orientations et actions à développer. Différents « lemmatiseurs » ont été présentés : Collatinus (Y. Ouvrard, Ph. Verkerk), Pandora (J.-B. Camps), CompHistSem (T. Geelhaar), OMNIA (R. Alexandre), PALM (M. Aouini, C. Fletcher, A. Mairey), avec le constat que, quels que soient leurs objectifs (pédagogiques, lexicographiques, textométriques) ou leurs structures (lexique plus entrainement ; réseau de neurones), tous les outils (tagueurs et/ou paramètres) présentés sont estimés performants à environ 90% (±5%). Ce sont donc les 5-15% d’erreurs qui demandent réflexion, comme la reconnaissance des noms propres (personnes et lieux) qui figurent parmi les erreurs récurrentes d’étiquetage. Par ailleurs, il est apparu nécessaire de réaliser l’évaluation systématique et comparative des outils de lemmatisation.

Le deuxième atelier  (juin 2018[2]) s’est articulé autour de ces points : la présentation de deux recherches doctorales sur les entités nommées (M. Auoini, S. Torres), du projet « Opera latina » du LASLA (Univ. de Liège) (D. Longrée, M. Fantoli) et la discussion sur les modalités à adopter pour l’évaluation des outils de lemmatisation. Les débuts des tests donneront l’occasion à la tenue d’un troisième atelier (décembre 2018).

Le groupe s’est engagé également à développer des activités de diffusion (tableau comparatif de la structure des outils et paramètres de lemmatisation) et de formation, à mettre en place à partir de 2019.

[1] Voir le programme : Étaient présents à cet atelier : Renaud Alexandre, Mourad Aouini, Pierre Brochard, Jean-Baptiste Camps, Chris Fletcher, Simon Gabay, Łukasz Gagala, Tim Geelhaar, Jean-Philippe Genet, Marlène Helias-Baron, Estelle Ingrand-Varenne, Fabrice Jejcic, Anne-Françoise Leurquin, Eliana Magnani, Aude Mairey, Yves Ouvrad, Nicolas Perreaux, Coraline Rey, Evgeniya Shelina, Sergio Torres, Philippe Verkerk.

[2] Voir le programme : Étaient présents à cet atelier : Renaud Alexandre, Mourad Aouini, Bruno Bon, Olivier Canteaut, Thibault Clérice, William Diakité, Margherita Fantoli, Simon Gabay, Christopher Geekie, Jean-Philippe Genet, Dominique Longrée, Eliana Magnani, Aude Mairey, Krzysztof Nowak, Yves Ouvrard, Nicolas Perreaux, Coraline Rey, Michał Rzepiela, Sergio Torres, Philippe Verkerk.