Archives de catégorie : Equipes partenaires

L’École nationale des chartes

L’École nationale des chartes œuvre depuis bientôt deux siècles dans le domaine de l’histoire médiévale, en accordant une attention toute particulière aux sources textuelles inédites et en s’attachant à en fournir éditions et répertoires Depuis 2002, elle participe également de façon active au développement des humanités numériques dans le domaine de l’histoire et de la philologie. Avec son équipe de recherche, le Centre Jean-Mabillon, elle a également noué des relations avec plusieurs équipes actives dans le domaine des humanités numériques et participent à l’heure actuel au projet Biblissima. Elle s’attache en particulier à la réalisation d’éditions de textes en XML/TEI et d’instruments de travail sous forme de bases de données ou d’inventaires d’archives en XML/EAD. L’ensemble de ces réalisations sont réunies dans une collection, les Éditions en ligne de l’École des chartes (elec.enc.sorbonne.fr). Deux sites internet complètent celle-ci : le premier héberge des corpus de travail, en particulier des éditions de textes en cours de finalisation (corpus.enc.sorbonne.fr) ; le second, intitulé Theleme, rassemble des outils pédagogiques dans le domaine des sciences auxiliaires de l’histoire (theleme.enc.sorbonne.fr).

Parmi les réalisations variées relatives aux sources médiévales, signalons notamment l’édition de Cartulaire blanc de Saint-Denis, accompagnée de l’inventaire ancien du chartrier (saint-denis.enc.sorbonne.fr) ; un répertoire des traductions médiévales en français d’œuvres antiques (elec.enc.sorbonne.fr/miroir) ; ou encore l’édition d’une comptabilité urbaine du XIVe siècle (elec.enc.sorbonne.fr/montferrand). Dix-huit éditions du XIXe siècle de cartulaires médiévaux franciliens ont également fait l’objet d’une réédition électronique (elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/) et de nombreuses thèses d’École des chartes inédites, réalisées au cours du XXe siècle, sont susceptibles de venir alimenter ce corpus.

EA3400 ARCHE (Arts, civilisation et histoire de l’Europe, Université de Strasbourg)

L’équipe ARCHE poursuit ses travaux sur la diplomatique du Moyen Âge.

Cela se marque, pour la diplomatique, par la soutenance de la thèse de Thomas Brunner, consacrée à « Douai, une ville dans la révolution de l’écrit au XIIIe siècle » et par la poursuite du développement d’une base de données de chartes relatives à la France.

Mais aussi par des travaux sur des sources littéraires, comme la Fundatio abbatiae de Valcellis, texte inédit du XIIe siècle dont l’édition est prévue (collection « Classiques de l’histoire au Moyen Âge »).

Site : http://ea3400.unistra.fr/index.php?id=4180

Le LEM-CERCOR

Le LEM-CERCOR est l’antenne stéphanoise de l’UMR 8584 LEM : https://www.univ-st-etienne.fr/fr/lem-cercor.html . Cette petite équipe se compose de huit enseignants chercheurs et de deux ingénieurs d’étude. Elle se propose d’examiner les congréations et ordres religieux entre haut Moyen Âge et Temps modernes, aussi bien sous l’angle de l’histoire sociale et culturelle, que sous celui des structures de vie communautaire. Elle aborde cette dernière problématique dans une perpsective d’anthropologie historique, avec ses implications en matière de réflexion politique plus large (comment rassembler, comment faire vivre ensemble ?), d’économie monastique (le problème des patrimoines et des modèles de gestion des communautés religieuses, et par là de l’« être au monde »), et de questionnement des modèles spirituels (hagiographie, narration des origines, historiographie). Elle entretient divers partenariats internationaux, en particulier avec l’Ecole française de Rome et le FOVOG basé à Dresde (http://www.fovog.de). Le LEM-CERCOR assure le traitement éditorial de la Revue Mabillon publiée et diffusée par l’UPR IRHT et les éditions Brepols.
Le LEM-CERCOR est porteur ou co-porteur de deux programmes financés par l’ANR : EUROPANGE, Les processus de rassemblements politiques : l’exemple de l’Europe angevine (XIIIe-XVe siècles) (Thierry Pécout) entre 2014 et 2018,  et COLÉMON, Collégiales et monastères de la réforme carolingienne au concile de Trente (816-1563) (Noëlle Deflou-Leca et Anne Massoni) entre 2016 et 2019. Il supervise un Programme collectif de recherche (L’abbaye de La Chaise-Dieu. Traditions, influences et réformes, Frédérique-Anne Costantini et Odon Hurel) et un programme financé par le Labex Comod (Le Trecento novelle de Franco Sacchetti, édition critqiue ettraduction, Syvain Trousselard).
Plus récemment, le LEM-CERCOR tente de se déployer dans les ressources numériques. Il a mis en œuvre trois bases en ligne concernant le répertoire des établissements clunisiens, la lecture en ligne du Repertoire des abbayes et prieurés de Dom Cottineau et le Corpus Colémon en cours de construction au sein du programme ANR du même nom. https://borne.univ-st-etienne.fr/cercor/
La quatrième consacre le déploiement du CERCOR dans le domaine d el’art religieux monastique et concerne un corpus numérisé d’art religieux roman (architecture essentiellement). Il s’agit de la base Archivolte.

Le CESCM

Le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) est une unité mixte de recherche (UMR 7302), relevant conjointement de l’Université de Poitiers et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), conventionnée avec le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC). Dans le cadre de cette collaboration tripartite, il soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales, toutes disciplines confondues : historiens, historiens de l’art, archéologues, littéraires, linguistes et musicologues se retrouvent et collaborent autour de projets communs. Fondé en 1953, le CESCM a eu dès l’origine une vocation interdisciplinaire et internationale, cultivant une articulation étroite entre la recherche, la formation et la production d’outils documentaire performants.

Plusieurs corpus sont développés dans l’axe 3 « Signes, formes et représentations », touchant à l’emblématique, l’héraldique, la sigillographie et l’épigraphie :

Le Centre Michel de Boüard-CRAHAM

Le Centre Michel de Boüard, Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales est une Unité Mixte de Recherche (UMR 6273 Université/CNRS) localisée à l’Université de Caen Normandie. Il rassemble aujourd’hui quelque 110 chercheurs, enseignants-chercheurs (historiens, archéologues, latinistes et hellénistes), ITA/BIATSS, doctorants et membres associés. Les activités de l’unité s’appuient sur des sources diverses fournies par l’archéologie de terrain, le traitement de laboratoire, les textes. L’unité est un acteur important du dispositif de recherche dans le domaine de l’archéologie historique métropolitaine et a étendu ses activités dans les domaines de l’histoire, des langues et littérature des mondes antiques et médiévaux. Il a développé des relations internationales en direction du Royaume Uni, de l’Italie, de la Russie, de la Scandinavie, du Canada, de l’Allemagne, des Etats-Unis.

Le Craham s’implique fortement dans le domaine des humanités numériques en collaboration avec la MRSH de Caen : base de données Nummus (monnaies) ; l’outil de données Scripta (chartes normandes Xe-XIIIe siècle) ; programme d’éditions de textes papier et électronique (ex. Chronique de Geoffroi Malaterra ; projet Ichtya (corpus de traités latins d’ichtyologie, E-cartae)) ; « Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel » (étude et valorisation des fonds anciens de la bibl. mun. d’Avranches). Il est membre fondateur de l’Equipex Biblissima et participe aux consortiums CAHIER, COSME, MASA, ce qui souligne la reconnaissance de l’unité dans le domaine des humanités numériques.

http://www.unicaen.fr/crahm/