Le consortium COSME

Labellisé par la TGIR Huma-Num, le consortium COSME est né en 2013. COSME² prend la suite du premier quadriennal (2013-2016). Dans la même lignée, il s’adresse à un très large public que réunit une pratique : celle de la recherche sur le passé médiéval par le biais des sources les plus diverses.

Ces chercheurs – historiens, philologues, historiens de l’art…– ont pour habitude de réunir des corpus de sources, découvertes, analysées, transcrites et constituées en dossiers inédits ou édités. Les sources utilisées par ces chercheurs, variées, sont l’objet des préoccupations de COSME², dans la mesure où leur publication sous forme numérique a déjà été, est ou pourrait être envisagée, et dans la mesure où ces ensembles de sources (« corpus ») pourraient (et devraient), sous forme numérique, dialoguer de manière structurée par le biais de procédures d’interopérabilité.

L’objet du consortium, dans cette nouvelle version, concerne toujours les sources sous forme d’édition ou de transcription, de reproduction numérique ou d’un répertoire les recensant, mais dans une perspective nettement proactive et collaborative, avec comme objectif la production, la valorisation, l’adaptation et la diffusion de référentiels et de procédures favorisant l’interopérabilité des corpus, qu’ils soient déjà en ligne ou qu’ils doivent y passer.

Le positionnement de ce consortium reste pluridisciplinaire et se distingue en cela des autres consortia : il s’appuie sur une communauté scientifique largement ouverte à toutes les disciplines, rassemblant archéologues, historiens, historiens de l’art, philosophes, linguistes, littéraires… autour des études médiévales, avec l’appui du réseau Menestrel.

S’appuyant sur les savoir-faire et les techniques mis en œuvre par des consortia frères mais davantage ciblés typologiquement (Cahier, Masa…), COSME² veut développer une expertise complémentaire autour de la mise en connexion des sources utilisées par les médiévistes. C’est donc plus que jamais une sorte de « meta-consortium » qui est proposé ici. Il répond à un besoin général de toute la communauté des médiévistes, toujours à la pointe sur les dossiers du numérique, comme le prouvent le nombre d’ANR, Equipex et autres projets financés par des agences de recherche, ou encore les collaborations bienvenues entre les institutions de conservation et les équipes de recherche, toujours plus nombreuses.

COSME a réussi à constituer une communauté et à lui donner une volonté de travailler ensemble. COSME² veut maintenant aider à construire des projets collaboratifs structurés autour des corpus numériques préparés dans le cadre de COSME ou encore développer de nouvelles procédures pour une interopérabilité multiple, dans le cadre de projets et de corpus à venir.

Le bureau COSME : Paul Bertrand (directeur), Eliana Magnani et Armand Jamme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.