Mesures et ‘valeurs’ : autour de la question des poids et mesures

Groupe de travail « Mesures et ‘valeurs’ » – responsable Armand Jamme (CNRS -Ciham)

Les interrogations sur les mesures et ce qu’elles signifient sont depuis le début des études historiques un vrai serpent de mer. Les valeurs enregistrées dans les sources médiévales n’ont pas en effet la claire évidence arithmétique que paraît recouvrir leur expression chiffrée, non seulement parce qu’elles n’ont de sens que replacées dans un contexte économique et culturel précis, mais aussi à cause de la diversité des systèmes de comptes utilisés, sans évoquer ici le fameux « système monastique » étudié par David King. A cette complexité, vient s’ajouter la diversité des formes de restitution des abréviations et des chiffres par les éditeurs de textes médiévaux.

Les projets que le groupe M&V entendait développer, dans le cadre du consortium COSME2 orienté vers la création de référentiels, sont au nombre de trois :

  • bâtir un système permettant de dresser les soldes intermédiaires et finaux d’un registre de comptes édité en ligne et ses traductions graphiques ;
  • constituer une base de données décrivant les exercices comptables, dans toute leur diversité génétique, aujourd’hui conservés pour l’espace français du XIIIe siècle ;
  • réfléchir à la constitution d’un glossaire des monnaies médiévales offrant pour chaque espèce, outre sa description et son histoire, son poids réel en métal plus ou moins précieux.

Le premier est, à mi-parcours, en bonne voie, puisqu’un script résultant de l’invention d’un mécanisme permettant de totaliser des chiffres romains, exprimés parfois en recourant à des sommes exposées (VIXXXIII, par exemple), et bien évidemment intégrant les égalités qui sont à la base du système livre, sous, denier, sera adapté à titre de test sur une édition électronique à la fin 2018. Ceci peut laisser présager en fin de programme la création d’un système de traitement mathématique d’un grand nombre d’éditions numériques de textes comptables, même si les handicaps demeurent à ce jour importants.

Les échanges, longs mais nécessaires à l’élaboration des paramètres d’inventorisation ont abouti pour le second objectif à un plan de travail sous excel, qui permet de lancer à l’automne 2018 la production de la base et son interface de saisie. A terme cette BDD qui doit recevoir les analyses d’exercices comptables de diverses origines géographiques, institutionnelles et donc culturelles, devrait être publiée sur Thelma.

En revanche, le développement d’un projet de glossaire des monnaies, a été freiné par l’existence parallèle et simultané d’un projet de portail des monnaies françaises actuellement développé par l’EPHE et la BnF. Tout ceci nécessite de nouvelles discussions et une reconfiguration tant des objectifs que des méthodes pour parvenir à une vraie complémentarité des deux structures qui, pour avoir le même objet  et donc de nombreux éléments communs, n’en ont pas moins des paramètres d’analyse différents.

Membres de l’équipe :

Armand Jamme (CNRS)

Philippe Bernardi (CNRS),

Didier Boisseuil (Univ. Tours),

Marc Bompaire (EPHE),

Gaël Chenard (Arch. Dép. Vienne),

Florence Codine (BnF),

Harmony Dewez (Univ. Poitiers),

Christelle Loubet (Univ. Lorraine),

Shinya Mukai (Osaka Univ.)

G. Porte

A. Sablon du Corail (Arch. Nat.),

D. Sassu Normand


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.