CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi)

Responsable Eliana Magnani (CNRS -LaMOP)

Consacré, lors de ses origines (2004), fondamentalement aux documents diplomatiques bourguignons médiévaux (plus de 29 000 chartes), le programme des Chartae Burgundiae Medii Aevi (CBMA) s’est engagé depuis 2016 dans une profonde évolution. En vue de constituer un corpus à la fois structuré et hétérogène de textes latins médiévaux sur la longue durée (Ve-XVe siècle), il a commencé à intégrer à sa base de données et à sa plateforme d’autres types documentaires (narratifs, théologiques, normatifs, épigraphiques…).

CBMA logoLe propos de ce nouveau projet est de mettre à la disposition des chercheurs, en accès libre, un corpus propre aux formalisations et aux recherches assistées par l’informatique (notamment les fouilles de texte et les SIG), géographiquement circonscrit[1], facilement accessible et adaptable, qui peut être utilisé pour lui-même mais aussi servir de point de comparaison avec d’autres corpus, ouvrant ainsi à des approches à différentes échelles : locales, régionales, européennes. Actuellement (2018), deux nouveaux corpus sont en cours de constitution, celui réunissant les inscriptions épigraphiques (plus de 1 400 unités), en collaboration avec le CESCM et le soutien de COSME2 et celui des textes hagiographiques (environ 380 textes), avec le soutien du Labex Hastec, opération portée par le LaMOP en partenariat avec l’IRHT, le CJM et le LEM/CERCOR.

[1] La Bourgogne est comprise ici d’après les juridictions ecclésiastiques médiévales : les diocèses d’Auxerre, Langres, Nevers, Autun, Chalon, Mâcon, Besançon.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.