SIGI-AL – Projet de recherche en sciences participatives

Le projet SIGI-AL (Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur), dirigé par Olivier Richard et Thomas Brunner (Strasbourg, ARCHE) a été lancé à l’automne 2019. On peut le considérer comme une composante régionale, en l’occurrence alsacienne, de la base de données  SIGILLA dont il constitue l’une des collections thématiques (http://www.sigilla.org/fr/collections-thematiques/sigi-alsace). De fait, l’objectif scientifique du projet est d’alimenter SIGILLA en y versant l’intégralité des sceaux conservés dans tous les dépôts alsaciens (peut-être 50.000 empreintes, mais les estimations chiffrées sont très impressionnistes), ainsi également à terme celles des régions voisines de part et d’autre du Rhin (dépôts du Bade-Wurtemberg et du nord de la Suisse). Des contacts commencent à être pris avec ces institutions étrangères.

La particularité de SIGI-AL est de s’inscrire dans les sciences participatives, c’est-à-dire d’impliquer dans l’alimentation de la base de données des citoyens qui ne sont pas des chercheurs professionnels (membres des sociétés d’histoire locale, enseignants en histoire ou simples amateurs). Ces bénévoles travailleront seuls ou en groupe à la numérisation d’un fonds. Ils seront formés par des universitaires et des personnels de recherche impliqués dans SIGILLA.

Le projet est du coup amené à prévoir des formations adressées à un public d’amateurs volontaires, souvent érudit, mais qui ne partage pas forcément les codes de la recherche universitaire. Une première série de tutoriels a été créée, mais l’offre doit encore être enrichie pour répondre à toutes les questions que se posent les bénévoles.

Ceux d’entre eux qui le souhaiteront seront invités à produire un article dans les annuaires et bulletins des nombreuses sociétés d’histoire locale de la région. La dimension participative du projet a en effet été co-construite par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace et a reçu le soutien de l’Université de Strasbourg dans le cadre d’un financement IDEX.

Afin de donner un sens au travail des bénévoles et plus largement de permettre la diffusion des résultats de cette entreprise, des conférences sont également prévues dans la région autour des résultats des recherches s’appuyant sur les données collectées.

Pour SIGILLA, un tel dispositif permet de rendre crédible l’objectif d’une numérisation si ce n’est de la totalité des fonds alsaciens, du moins de séries entières ou de petits fonds dans leur intégralité. En l’absence de personnel dédié, cela aurait été inenvisageable.

Pour les dépôts d’archives alsaciens, c’est un moyen de préserver et de valoriser ce riche patrimoine archivistique.

Pour les bénévoles, c’est l’occasion d’avoir un contact direct avec le monde de la recherche et de contribuer à ses développements les plus récents tout en acquérant des compétences « historiennes » (en l’occurrence sigillographiques) et en s’initiant aux humanités numériques. Ils seront ainsi sensibilisés aux enjeux de la recherche.

Nous espérons créer avec les bénévoles une véritable communauté des sigillographes alsaciens : des moments de convivialité sont ainsi prévus pour gratifier le travail des bénévoles et un carnet de recherche a été ouvert pour permettre de faire le lien entre les acteurs du projet tout en diffusant les informations concernant SIGI-AL à un public plus large. https://sigial.hypotheses.org/

Même si toutes les bases de données médiévales ne se prêteront pas nécessairement à la mise en place d’un dispositif similaire, nous espérons pouvoir partager notre expérience, au premier chef en élargissant le dispositif à d’autres régions françaises ou de pays voisins.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.