SIGI-AL – Projet de recherche en sciences participatives

Le projet SIGI-AL (Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur), dirigé par Olivier Richard et Thomas Brunner (Strasbourg, ARCHE) a été lancé à l’automne 2019. On peut le considérer comme une composante régionale, en l’occurrence alsacienne, de la base de données  SIGILLA dont il constitue l’une des collections thématiques (http://www.sigilla.org/fr/collections-thematiques/sigi-alsace). De fait, l’objectif scientifique du projet est d’alimenter SIGILLA en y versant l’intégralité des sceaux conservés dans tous les dépôts alsaciens (peut-être 50.000 empreintes, mais les estimations chiffrées sont très impressionnistes), ainsi également à terme celles des régions voisines de part et d’autre du Rhin (dépôts du Bade-Wurtemberg et du nord de la Suisse). Des contacts commencent à être pris avec ces institutions étrangères.

La particularité de SIGI-AL est de s’inscrire dans les sciences participatives, c’est-à-dire d’impliquer dans l’alimentation de la base de données des citoyens qui ne sont pas des chercheurs professionnels (membres des sociétés d’histoire locale, enseignants en histoire ou simples amateurs). Ces bénévoles travailleront seuls ou en groupe à la numérisation d’un fonds. Ils seront formés par des universitaires et des personnels de recherche impliqués dans SIGILLA.

Le projet est du coup amené à prévoir des formations adressées à un public d’amateurs volontaires, souvent érudit, mais qui ne partage pas forcément les codes de la recherche universitaire. Une première série de tutoriels a été créée, mais l’offre doit encore être enrichie pour répondre à toutes les questions que se posent les bénévoles.

Ceux d’entre eux qui le souhaiteront seront invités à produire un article dans les annuaires et bulletins des nombreuses sociétés d’histoire locale de la région. La dimension participative du projet a en effet été co-construite par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace et a reçu le soutien de l’Université de Strasbourg dans le cadre d’un financement IDEX.

Afin de donner un sens au travail des bénévoles et plus largement de permettre la diffusion des résultats de cette entreprise, des conférences sont également prévues dans la région autour des résultats des recherches s’appuyant sur les données collectées.

Pour SIGILLA, un tel dispositif permet de rendre crédible l’objectif d’une numérisation si ce n’est de la totalité des fonds alsaciens, du moins de séries entières ou de petits fonds dans leur intégralité. En l’absence de personnel dédié, cela aurait été inenvisageable.

Pour les dépôts d’archives alsaciens, c’est un moyen de préserver et de valoriser ce riche patrimoine archivistique.

Pour les bénévoles, c’est l’occasion d’avoir un contact direct avec le monde de la recherche et de contribuer à ses développements les plus récents tout en acquérant des compétences « historiennes » (en l’occurrence sigillographiques) et en s’initiant aux humanités numériques. Ils seront ainsi sensibilisés aux enjeux de la recherche.

Nous espérons créer avec les bénévoles une véritable communauté des sigillographes alsaciens : des moments de convivialité sont ainsi prévus pour gratifier le travail des bénévoles et un carnet de recherche a été ouvert pour permettre de faire le lien entre les acteurs du projet tout en diffusant les informations concernant SIGI-AL à un public plus large. https://sigial.hypotheses.org/

Même si toutes les bases de données médiévales ne se prêteront pas nécessairement à la mise en place d’un dispositif similaire, nous espérons pouvoir partager notre expérience, au premier chef en élargissant le dispositif à d’autres régions françaises ou de pays voisins.

Jouvence du ThEMA: Thesaurus exemplorum Medii Aevi

Grâce au soutien du consortium COSME, l’équipe de recherche sur les exempla met en ligne en accès public à compter du 15 novembre 2019 un nouvel outil pour indexer les textes exemplaires du Moyen Age : la base de données ThEMA (Thesaurus exemplorum Medii Aevi), entièrement repensée et restructurée grâce à la collaboration intense entre l’équipe de direction scientifique (Jacques Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu (CRH) et Pascal Collomb, Marjorie Burghart (CIHAM) et Jean-Paul Rehr (CIHAM). La recherche sera beaucoup plus efficace avec une possibilité de recherche simple dans tous les champs en full text et une recherche complexe par champs, par mots-clés (organisés dans un thesaurus ouvert), par numéros de L’Index exemplorum de F. C. Tubach, avec de multiples possibilités de croiser les requêtes. De plus, la bibliographie a été mise à jour grâce à un lien avec la bibliothèque BIBLIEX sous ZOTERO.

Cette jouvence de ThEMA suit les principes de la science ouverte et des données ouvertes (fair data) de manière à rendre accessibles et téléchargeables (en PDF ou XML) l’ensemble de ses résultats à savoir l’indexation de 63 recueils d’exempla issus de diverses aires linguistiques et culturelles (Occident, Orient) sur un long Moyen Age qui plonge dans le haut Moyen Age avec les Dialogues de Grégoire le Grand († 606) et qui englobe Le Japon médiéval et la Russie des 17e-18e siècles.

Des ateliers de formation sur la nouvelle base de données (consultation et indexation) sur ce nouveau THEMA seront organisés en 2020 avec le soutien du Labex Hastec dans le cadre du séminaire sur L’exemplarité porté par Eloi Fliquetet, Nathalie Luca  (EHESS, CéSor) et Denis Pelletier (EPHE), dans le séminaire commun d’AHLOMA et lors d’une journée d’étude sur l’exemplarité le 16 juin 2020.

Des actions de valorisation sont également prévues : DMP (Data Management Plan) et deux Data paper co-écrit par M. A. Polo de Beaulieu et Jean-Paul Rehr (une version française pour l’Atelier du CRH et une version anglaise pour une revue spécialisée).

De nombreux recueils pourront être indexés dans ce nouveau THEMA avec beaucoup plus de facilité grâce à ses nouvelles fonctionnalités.

Marie Anne Polo de Beaulieu

Jacques Berlioz

Des applications aux manuscrits. Expériences de transcriptions automatiques

CBMA-LaMOP – Des applications aux manuscrits. Expériences de transcriptions automatiques de manuscrits et développements du Corpus Burgundiae Medii Aevi

Journée d’études : 17 décembre 2019, 10h-17h

Galerie Colbert – Salle AVD (Architecture, Ville, Design), 1er étage – porte 133 , 6, rue des Petits-Champs – Paris 2e

Palais-Royal – Musée du Louvre (Métro 1 et 7) et Bourse (Métro 3)

Cette journée d’études vise, d’une part, à faire le bilan des dernières expériences menées par l’équipe du LaMOP en matière d’applications et de modèles de reconnaissance automatique de caractères appliqués aux manuscrits médiévaux, testés sur le « livre Rouge » (XVe siècle) et sur deux cartulaires bourguignons du XIIIe siècle. 

Cartulaire de Saint-Étienne de Dijon – AD Côte d’Or, cart. 36, f. 6r

D’autre part, seront discutés les derniers développements du programme CBMA relatifs à la constitution, à la formalisation et à l’exploitation de nouveaux corpus textuels médiévaux, en particulier le corpus hagiographique bourguignon (Ve-XVe siècle) et le corpus épigraphique provençal réalisé en collaboration avec le  CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – UMR 7302).

Ouverte à tous les intéressés, les collègues souhaitant assister à cette rencontre sont priés de nous informer de leur présence avant le 10 décembre 2019 :

contact@cbma-project.eu

Organisation : Pierre Brochard, Eliana Magnani (CNRS) – LaMOP (Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris – UMR 8589)

Programme

10h – Introduction : Pierre Brochard et Eliana Magnani

10h30 – Les nouveaux corpus CBMA: hagiographie, épigraphie, alia. Bilan et perspectives – Eliana Magnani (CNRS, LaMOP)

11h – Le corpus épigraphique provençal : premier bilan et comparaison avec le corpus bourguignon – Aurore Menudier (Université de Poitiers, CESCM)

12h00 – Pause repas

14h – Transkribus : Compte Rendu de l’expérience (Hugo Regazzi – Paris 1, Pierre Brochard – CNRS, LaMOP)

14h45 – Le bâti de Cîteaux au Moyen Âge : confrontation des sources textuelles et iconographiques. Les bases CBMA et CCMA (Corpus de Cîteaux du Moyen Âge) – Coraline Rey (Université de Bourgogne-Franche-Comté, Université d’Angers)

15h45 – Pause

16h15 – La reconnaissance automatique d’entités nommées sur les corpus  disponibles au CBMA – Sergio Torres Aguilar (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Dypac)

17h15 -Discussions et tour de table conclusif

Portés par le LaMOP, ces projets bénéficient du soutien du LabEx haStec (en partenariat avec l’IRHT – Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS UPR 841, le Centre Jean Mabillon -EnC – EA 3624 et le LEM/CERCOR (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes – UMR 8584 / Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux), du Consortium COSME2 (CNRS – TGIR Huma-Num).