Archives par mot-clé : Ecole des chartes

Cartulaires numérisés d’Île-de-France

L’École des chartes a lancé il y a bientôt dix ans une entreprise de numérisation et de publication en ligne d’éditions de chartriers et de cartulaires des établissements ecclésiastiques médiévaux d’Île-de-France. Ce projet a abouti à l’édition, en XML/TEI, de dix-huit cartulaires, aujourd’hui en ligne à l’adresse :

http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/

Le projet s’oriente désormais vers une seconde phase, plus complexe : la publication électronique d’éditions demeurées sous forme manuscrite et, à ce titre, peu accessibles et souvent mal connues. Avec le soutien du consortium COSME, l’École des chartes entreprend en 2016 de procéder à la saisie et à l’encodage en XML/TEI de l’édition du chartrier de Saint-Maur-des-Fossés, réalisée en 1925 par Marcel Baudot dans le cadre de sa thèse d’École des chartes et conservée aux archives départementales de Paris.

Catalogue des actes des fils de Philippe le Bel (1314-1328)

La production de la chancellerie royale française n’est souvent étudiée qu’à travers le prisme de sa sources la plus accessible : le fonds des registres du Trésor des chartes, conservé aux Archives nationales (série JJ). Pourtant, ces registres ne contiennent qu’une petite partie de cette production, réduite aux actes perpétuels, soit quelques centaines de documents chaque année. En réalité, la chancellerie en expédie plusieurs dizaines de milliers d’actes par an. Même si une large part de ces documents ont aujourd’hui disparu, un grand nombre d’entre eux nous sont parvenus, mais leur extrême dispersion dans des fonds d’archives variés rend leur exploitation impossible. Ce sont ces documents que le Catalogue des actes des fils de Philippe le Bel entend mettre au jour et rendre exploitables pour les historiens et les diplomatistes, du moins pour une brève période et sous une forme sommaire.

Conçu dans le cadre d’une thèse de doctorat (O. Canteaut, 2005) et enrichi continûment depuis, ce catalogue réunit aujourd’hui la description sommaire de plus de 12000 actes. Il s’attache en particulier à signaler l’ensemble des témoins (originaux, copies, éditions imprimées anciennes et modernes) de chaque acte. Par ailleurs, le catalogue accorde une grande attention aux éléments susceptibles d’éclairer les processus de production et de réception des actes.

Avec le soutien du consortium COSME, ce catalogue fait aujourd’hui l’objet d’une refonte afin d’en permettre la consultation et l’interrogation à tout chercheur s’intéressant à la chancellerie royale.

Les actes royaux relatifs au Poitou

L’École nationale des chartes, dans le cadre d’un programme de recherche plus vaste consacré aux actes royaux et princiers français au Moyen Âge et à l’époque moderne, a entrepris d’éditer sous forme électronique le Recueil des documents concernant le Poitou contenus dans les registres de la chancellerie de France, publié au XIXe siècle par Paul Guérin.

Ce Recueil est, comme son nom l’indique, composé d’éditions d’actes des rois de France enregistrés en chancellerie. Au-delà de son spectre régional, il possède un intérêt essentiel pour l’étude de l’acte royal à la fin du Moyen Âge : il est actuellement le seul corpus imprimé qui s’étende sur une longue période en conservant des principes de sélection uniformes. À ce titre, il fournit une coupe remarquable par son ampleur à travers la totalité des registres de la chancellerie royale, de 1302 au milieu du XVIe siècle, et compte pas moins de 2000 actes.

Depuis 2012, avec le soutien financier du consortium COSME, les douze premiers tomes de cette vaste entreprise éditoriale – les seuls à être tombés dans le domaine public – ont été progressivement saisis, encodés en XML/TEI et mis en ligne sur le site corpus.enc.sorbonne.fr, où ils sont librement consultables et téléchargeables. Les deux derniers tomes, couvrant la période 1465-1483, sont en cours de traitement et seront disponibles dans les mois à venir.

D’ores et déjà, cette édition électronique ouvre de larges perspectives pour l’étude de la chancellerie royale française. Ont ainsi été lancées des recherches sur la typologie des actes royaux et sur la possibilité de reproduire celle-ci grâce à des procédures de classement automatisé. Des travaux dans le domaine de la paléographie sont également en cours ; à cette fin, les éditions du Recueil font actuellement l’objet d’un traitement permettant de les rapprocher des numérisations en mode image des registres originaux réalisées par les Archives nationales (http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/tresor-chartes.html)