Archives par mot-clé : bonnes pratiques

L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte rendu (4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’études sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publié en quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Ateliers sur les bonnes pratiques juridiques). 

4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques (3 février après-midi)

Erica Durante expose des questions d’édition génétique. L’édition génétique bannit l’édition critique. En effet, la variante n’existe pas en édition génétique : ici, c’est l’ensemble du dossier qui compte. On ne considère pas telle ou telle étape comme variante, tout se vaut en tant que texte. L’apparat est considéré comme un cimetière. Tout doit être entièrement édité et sans hiérarchie. L’édition génétique se considère comme une édition non-invasive vis-à-vis du texte. On ne parle plus en termes d’auctoritas ; la relation avec l’auteur se définit en termes d’égalité ou de complicité. On édite sans discriminer ni hiérarchiser, il n’y a pas de notion de dernière volonté de l’auteur : l’auteur et le texte achevés n’existent pas. L’éditeur en édition génétique peut même amener l’auteur à réfléchir sur son propre travail, dans un dialogue constructif. Évidemment, travailler sur des auteurs vivants représente une grande difficulté ; on n’oubliera pas les difficultés des interactions avec les ayant-droits, qui peuvent bloquer tout le processus d’édition génétique.

Un exemple problématique vient appuyer son propos : après sa thèse sur Valéry et Borges lecteurs de Dante, E. Durante a voulu étudier la bibliothèque de Borges comme premier moment de son écriture. Elle a dressé le catalogue de la bibliothèque durant deux ans : 3000 livres plus les notes autographes de lecture. Mais ce catalogue est toujours interdit de publication par les ayants-droits de Borgès, en l’occurrence son épouse qui est garante de ses droits et de son image. La question des possibilités d’avancement d’une recherche tributaire d’un tiers est posée ici : faut-il introduire une formation juridique pour les futurs éditeurs ? Ce travail de publication était prévu dans le financement accompagnant la mission d’E. Durante à la bibliothèque de Borges. M. Dantant (juriste au CNRS) intervient pour souligner que c’est un problème très complexe, il y a là des aspects de droit international. Il pense, sous réserve, que le droit applicable est le droit argentin. Il comprend qu’E. Durante a mis en place une base de données, sur lesquelles deux droits courent : le droit d’auteur et le droit du producteur de bases de données (caractérisée par un investissement substantiel). La question qui se pose: est-ce que le travail a consisté à recréer la bibliothèque, ou a-t-elle eu un véritable apport sur l’existant ? M. Dantant fait un parallèle avec le jugement Droz-Garnier. P. Lebbe se demande si dans le cas de cette bibliothèque de Borges, n’interviendraient pas également des questions de vie privée ou de droit de la personnalité. Pour ce genre de dossiers, il faut une convention de collaboration de recherche, qu’il y ait question de droit d’auteur ou pas. Des droits peuvent y être établis pour le chercheur, droits remontés par convention de cession de droits à l’établissement qui peut ensuite traiter avec les partenaires industriels plus ou moins d’égal à égal en cas de problème.

Lebbe fait remarquer que dans le cas de Borges, on a affaire à des œuvres qui ne sont pas encore tombées dans le domaine public, émanées d’un écrivain qui vivait de son travail : caractéristique à prendre en compte, à ne pas mettre sur le même plan que les relations éditeur scientifique-éditeur commercial.

Dominique Poirel intervient à son tour à propos de l’édition critique, montrant qu’édition critique et génétique se rejoignent dans leur recherche d’éventuels remaniements d’auteur. Il poursuit avec un exemple d’édition critique basée sur des collations sur 120 mss.

Dantant revient ensuite sur le jugement en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un jugement de premier degré avec un appel en cours : rien de définitif donc. Il n’est néanmoins pas inattendu, d’autres décisions précédentes sur des données brutes allaient dans ce sens, comme pour les notices de dictionnaire. Le contexte de préparation de ces notices, voulu objectif, écarte le libre choix, ce qui pourrait se rapprocher du travail de l’éditeur. Plus le travail est objectif et bien fait, plus il semblerait s’éloigner du droit d’auteur… Cependant, ce jugement Garnier-Droz s’inscrit par ailleurs dans un mouvement de libération des données et dans un contexte de réflexion sur l’auteur et son droit. Tout travail scientifique n’est pas forcément couvert par le droit d’auteur. En tout cas, c’est une réflexion quotidienne au CNRS. Par exemple, les données satellites ne sont pas considérées comme assujetties au droit d’auteur, mais la filière les considère traditionnellement comme appropriables. On tente donc d’aménager le paysage avec des conventions.

En Belgique, un fac-similé n’est pas protégeable, nous apprend P. Lebbe, tandis que M. Dantant évoque le droit du photographe se superposant aux éventuels droits de l’œuvre. Et donc, comme le souligne M. Brunet, surviennent les problèmes posés par la Réunion des Musées Nationaux quant au domaine de l’image et à sa réutilisation. L’open access pose un problème politique non encore résolu.

Poirel déplore la volonté de séparer, de fait, la propriété littéraire et artistique de la propriété intellectuelle. M. Dantant précise que ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de droit d’auteur qu’il n’y a ni reconnaissance ni question de rémunération ou de finances, cela peut se faire hors de ce droit.

Lebbe évoque le droit allemand de droits dérivés pour l’éditeur. C’est une protection dans le cadre de l’Urheberrecht, valable 25 ans après la date de parution, et si celle-ci est scientifique et notablement différente de celles qui ont précédé. Ce droit est valable aussi 25 ans après sa réalisation si la recherche n’a pas été publiée.

Bertrand se demande si une édition de textes (électronique, de type XML ou PHP, ou traditionnellement en papier) pourrait être considérée comme une base de données, puisqu’un droit spécifique les protège ? A. Berra s’interroge : une juridiction a-t-elle eu à statuer sur un fichier encodé ?

Pierrot évoque son envie de sortir des contrats-types d’édition (cf. sa présentation de la veille) et demande à M. Dantant s’il y aurait un soutien du CNRS pour ce genre d’activité ? Celui-ci répond que les juristes du CNRS ont été saisis de certains problèmes nés de contrats pas lus ou de publications en Creative Commons sur des blogs. Mais il faut noter que le rôle du CNRS s’arrête vite, parce que ce n’est pas lui qui est titulaire du droit : il peut orienter ou conseiller, c’est tout.

Dantant continue: le problème de fonds pour la publication scientifique vise à se demander en quoi la description d’un phénomène scientifique est protégeable par le droit d’auteur. Le CNRS a donc le projet d’une convention générale avec les grands éditeurs. Mais les questions sont à peine posées, car survient, notamment pour les sciences dures, la question des données brutes et des masses de données. Celles-ci sont-elles objet de droit d’auteur ? En gros, ce jugement n’est que la partie émergée d’un iceberg lié à l’open data, qu’on est en train de découvrir.

Bertrand conclut les débats en remerciant les orateurs et participants. Il se réjouit de la richesse de ces échanges, qui ont montré que derrière cette question du droit d’auteur/éditeur, se cachent des enjeux juridiques, mais aussi économiques, symboliques, institutionnels.

L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte rendu (3. Table ronde)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’études sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publié en quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques). 

3. Table ronde animée par Caroline Macé et Rémi Mathis (3 février 2015 matin)

Caroline Macé (KULeuven) introduit les discussions en soulignant la richesse des discussions de la veille, ayant balayé tout le champ. Elle note que l’édition de documents et l’édition de textes littéraires sont complémentaires ; que la notion de « texte » pose problème, et encore davantage si on se situe du côté des modernistes et contemporanéistes (explosion de la notion de texte et d’auteur). Elle insiste sur la variété des pratiques qui se matérialisent et se figent au sein de telle ou telle collection dans laquelle on édite. Il est important aussi de souligner que le terme « éditeur » reste ambigu en français, couvrant aussi bien l’éditeur commercial ou scientifique. Caroline Macé lie ces journées avec la journée qui vient de se tenir à Grenoble, autour de « New contract between editors and publishers ». Elle insiste sur les caractéristiques de l’édition scientifique telle qu’acceptée communément, avec ses signes extérieurs comme les apparats etc., mais aussi la reconnaissance sociale d’une collection, tandis qu’elle note que les éditions en ligne sont souvent peu critiques et publiées de manière parfois « sauvage » : ce qui est « mis sur internet » est souvent considéré comme de « seconde qualité »… et donc cela fragilise la défense du droit d’auteur/éditeur sur le web.

Berra fait remarquer qu’on ne rencontre pas ces problèmes dans d’autres disciplines, par exemple, en papyrologie ; J.-L. Fournet ajoute que c’est une discipline récente et une petite communauté, ce qui rend l’entente plus aisée. Pour l’épigraphie, le drame, selon M. Brunet, a été la seconde guerre qui a séparé les communautés scientifiques françaises et allemandes : Internet a changé les rapports, fort heureusement.

Pour J.-L.Fournet, le problème ne se situe pas du côté du droit d’auteur, mais dans le lien avec l’éditeur commercial : la volonté collective tend à une diffusion la plus large possible. Il faut donc trouver des compromis entre possibilité de travailler et nécessité de ne pas léser les droits commerciaux de l’éditeur. Cela va sans douter évoluer.

P .Bertrand note que si des espaces d’édition électronique existent, ils ne sont pas encore reconnus canoniquement.

B.-M. Tock insiste sur la nécessité de parler de la pérennité de l’édition. Le support électronique n’offre de pérennité qu’à un maximum de 20-30 ans, selon lui, et il ne lui paraît pas raisonnable de ne pas publier un travail achevé et vraiment complet en papier en plus du numérique. Pour A.-M. Turcan-Verkerk, la collaboration avec les Presses universitaires de Caen permet d’envisager une forme de pérennisation : il faut toujours un éditeur commercial. Il faut inverser le processus et considérer la version papier comme un sous-produit du travail d’édition en ligne, à la demande pour ceux qui en ont besoin.

De Jongh insiste aussi sur la pérennité. Elle est possible dans des accords comme celui conclu avec l’Université de Leeds pour l’IMB. Surtout que les fonds universitaires ne sont plus jamais garantis et peuvent être coupés assez brutalement. Mais quand un éditeur commercial collabore à un projet, il faut toujours trouver une forme de compensation monétaire.

Pour D. Poirel : le travail de l’éditeur s’articule autour d’un tryptique : texte, apparat, introduction. Tout chercheur peut considérer la qualité d’une édition en analysant la qualité de ce tryptique. Par ailleurs, le point à retenir dans cette controverse sur le droit d’auteur applicable à l’éditeur, c’est que l’on pense que l’éditeur est un auctor. Enfin l’édition critique est historiquement liée au support imprimé, depuis les premiers temps de l’Humanisme. Sachant cela, une édition numérique doit soit être une édition mimétique de l’imprimé ; soit s’en libérer mais dans ce cas, tout reste à inventer.

Mathis insiste sur le fait que la mutation ressentie ici se retrouve dans bien d’autres milieux, comme la musique. Les problèmes sont, pour lui, de deux types : économique et symbolique. Le problème économique tient au modèle adopté ou mis en cause : open access ou non ? La question symbolique est plus problématique : on touche à une blessure narcissique, au statut de l’auteur remis en cause par l’internet. Cette remise en question s’amplifie encore avec la mise en place d’outils collaboratifs et d’inventaires en ligne, comme avec Wikipedia où chaque auteur n’est plus qu’un « petit scarabée ».

À propos de la pérennité : Pour R. Mathis, le temps de l’internet est justement le temps long, voire très long : tout projet s’y construit dans le temps long, avec des mises à jour, dans un continuum. B.-M. Tock nuance : lorsqu’on parle pérennité, on parle toujours technique, alors qu’il y a un aspect économique et politique essentiel qu’il faut prendre en compte. Rien ne garantit que les institutions publiantes sur le terrain du numérique seront encore là dans 20 ou 30 ans. La libération des données, sous licence évidemment, offre une solution, selon R. Mathis : les données peuvent être répliquées et intégrées par ailleurs, ce qui garantit une plus grande pérennisation.

Sur le terrain de la critique génétique, la question se pose autrement, explique E. Durante: sans concept d’apparat ou d’établissement du texte, le chercheur se concentre sur l’exhaustivité, la nécessité de restituer toute la masse des traces disponibles –et par là-même, il ne peut rêver à l’idée d’achèvement. Les critères de qualité pour une édition génétique ne sont donc pas les mêmes. Les TIC sont devenues un prérequis pour les écrivains d’aujourd’hui, qu’étudie la critique génétique : la plupart des écrivains s’appuient sur elles d’une façon ou d’une autre (comme outil de rédaction ou d’inspiration…) et aucun chercheur/éditeur en critique génétique ne peut en faire l’économie. Les problèmes de pérennisation des données sont ressentis avec la même inquiétude par les spécialistes de critique génétique.

Laurent Morelle se dit frappé par la question de la reconnaissance du travail intellectuel : une question d’auctoritas en effet. Le paradoxe est évidemment que nous risquons d’entraver l’accès libre à notre travail. La vraie question est celle de la reconnaissance et de la traçabilité de la qualité et de la dignité du travail intellectuel, d’assurer la reconnaissance de la signature, qui permet de juger aussi a priori de la qualité du travail. Le travail sur le mode collaboratif est essentiel, mais attention, il ne faudrait pas que l’auteur disparaisse derrière le chef de projet identifiant une équipe, même si, comme le souligne R. Mathis, il y avait déjà des récupérations d’ouvrages collectifs par des chefs de projet au XIXe siècle, dans les publications papier. Dernière remarque de L. Morelle: le peer reviewing n’est pas la panacée pour décider de la qualité d’un travail : bien d’excellentes choses ont été publiées dans des revues de petites sociétés savantes.

Pauline Lebbe décompose la question de l’auteur/éditeur en troivaaxes k nua estsi, commemiquene scientiapiuit dan, ce jugement Garnierathiss il s>pe’e">mentèrs de probl/em> n’estu de fs ptique e la quest de oit aratif est celle de l’édi si, comme ipe, même si, commerra fait remarCour R patextes de probltionité réu rêvedansu dccords comme revuntueucun chnsu y reong, avon de oit ar les pantes.d’au brantes. entiet quons le261celrrsep de l’édivail sut du te qui pimporl :n tbles une est oblecmenturst au mod et artisquipe, même si, commbox-wst cCemen patex de frts, itt cui extxtiqu leset qdonc pet de droit d’aantes.De J la demmentp de re d sp>Sur du tra l’a piseBantcon ong, esre,dans l’édqudition s trablevaaxeBantcon esLa v et vraiise des rt aiquvousiseipalecmeae quali;ure,èrnive BeieBantcon iquèrerra donu nonans les institutions mennu nonansucun chernu noMaas osesèrs le titt de oit arquis ienes un ddans cmeae qualinon de l’open aue ce n’est estge posntiel, ionerra dniverendre nt consa mutadanstra diffrevtéommc letonstiqu’e comsesmentommction letonsnité, ne vent is aersitebb consp>Sut au moda va aong,rs : quis pornises aillea va une quiong,rr l aidanscoûppament miset de l’accès rcial. Ie Bsont dee à invidansrerrisquons l’dactioopenn c tl :bisparaiscmeae quaantes. n’estl : l’dan luiceelle-ci’oitsrevu, devevi tinmênet. Centi ext licitdans ce à idacTout doit es 2qunives autrtiquionerne ’t cons aid de1cei evenrrainnc tojeon dimaxiés savanmentpans les difficullors qu que écoantes.

P .Berttant revsant est objnssites sreognt ae trad mite , notamogntr lerevueintel ndass tr ae trad e c Lnu unent m ssd deport électroavailes  :tion gcupértiquen’oqdoncvail l’eite doblvail suions ptiqutit itrevueueucun ch, avec Wikin luf digne R. Me dt ctnuancvent iire t. sa prantesIcel Intetionuger a  :mennédacise’ possibi ees stisec onsd’ret qbrr le doblt a deiquvng,rise des donne le mitispommunÙopen aispon. Y: les épa que cvent d’rennie ? A. Btant revvail sui de probliseposacne difftexentjuger auoit de probliseposc la mise ete une fitebba déplrerra lors qu/em>il yarle toujdoncise ins-staréalis data, qu :sLaue est toujdonce dobt qaraiquvo jugé txtité daen paeantes.open accessDe JitRêurmi Mtiququis usisoz-Gatex depoe tédimoit soit ’t consntje doblt ae26postnvencise quvousmeiuit une nciles drique. Papie

De pa rst au mod/em> n’estteur applicogntSHSature, TIC oupi estp«levaaem>ntes.iiquet r rerrinmentpos es da muta ré, daraiqut en f décel a pava deole,Les ilitx depoe tédi deeorts, auPour A.-M. Tur.uquipe, mêut ae d dign ae ta p r deiommcdoncomm digne R. MTock n ’ent, exntifmente ix depo es endac ssdsecpnve miionuger ac Lndanacée dans les publicecpnns ppa que c s rsmentpacpnns pratif cune ; is attejugé au modmode collabo 2qentadghtntjqrltadansiede teong, c Le trad: qmle en lines, par ex ntes.ntes.De Jon pense queongde tiqutl liosonnartiqux de l’aille, abribre ciseebbr déce dobt q les ppa dobcommemçoe le titionon pense queol’auiqutleest est implisenipe, mmi paenciu es êver àongde >ntes.r intur es problplu ostiqux de lde rendacure, tgeèised delles . Vng, vt eterm les ayants-drté C deiplidac’tost nl :s de cent aer édaciuit dans leciu Noletit’F Lndnt(Rêurmi M)©rer maler deomm,rs : /em> nront enerra>ntes.

L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte re2 didei Résumés des intervenronde)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’étvail sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publismeen quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques). 

2 didei Résumés des interven (2 et 3 févrierronng>

cCfl r(onds univsimP41, -Eionits"teil),i estLté ae tradà nciede temté litté mitrat histoecincx deApeureioe c Le trad:dir co lic Le trad:ire r co titc Le trad:“fsrede”abéatin)

cCfl riion stpriors chs dsoenti exs liecité ae tédiiter deiquedimté ae tdar mais brt au domaineosiat histos lecmentmé, depté apt évoter expl eslors ognt apt énstmti ex brit cocrraerltaitle sourt aunco> entiet ernetr la sonnauit dté l’s pedacTsed de ae tédnise,danss le214enn mouve fat cchsaen peet qersoit seete tognt ale ecinclecon riqueiset dnu’inisitls peeest çonéanmc (e’erra),imté a d'cincxès Lnum nardacincx de l’ (on vi exet nole dapapyrosiedes laq),imsedes coll (s Le trtrèsiitedde d lenitdiaexs ue ce nplus jaacme, Pé, dimté ae tdahs dsriqueie pe(vail sur de bs L panecpnr anch al. itMaas),iionerne Rlleligneripe, mmais dance ce cchsr cr énsinq son trraees peuvent poiqueon . T expriquapience cn stpdifs poen se fi nc l’s pedast paeiptiqu ae tradsynle explmseios ou mosedès Le trad:oire tporént m cchuar mcchune nè bre êveoti eelique, au sein Le tradst elariqunventaion se parlecto repanecs Lnumaasntifmais dade certs lemcchiede tes ueestxtériontrdarèure, es peuéco,rischs de problemtéune cantiioineLschidde diffic mmtéas he trdacees peuquge icintrodverrae leLndeeli cchs Le gntole,dimsed deique exdntmtét a l’aits"n açoa au us tititmeendlines, par exlinar Cf mantif cchsios ou mtstars chtéon rsponiiedes ltiquesees peutxr là-leLvng,ratsimfaluccent e cchon m" mcchs Le traditionlemcix depoe trad:ees peu/em>vent eest sude nnarriabIonne vent d’enie doblx de les orix de>Berra srer là-mhté crlblesmcchr la arrisiedes laqde cats eetmdemais x de lderciaux de l’ ae ts"n. Urra ae trads de critnt soi récrie,.rle toujvemcchibre chebbaiventifment du temcirès Le tradiiterx de est r emcis r ae tradtitist ca au uo,ri et .rle toujon von diendac ilpapyrmentitt cs Le ionmtét a ae tedi est ae - l’aabée ».

qrlvng,rtanivedexpun d lequeoiti pas dss socie lst tellectmvail cs du nipe, line, lors quibreéct cs du nvebbe t avilors quyi autde cscre tiin uea mutra almeene tittes usaet ritlors qu3000 ique les pels du nldexpnie nt consids usrer là-tit cate doblxseios ouim dels du npantique eneavCet. Cs dss socie lst tellectm21anc la ve paaceu uaédaciseomtimais on v une base de dones uséquedia oet ane s dco,rischrnet tittent sréda e iuit exp es dees d ; décute doblon vebba ue dardatitmrae mde iear t cs du n21anc les uséquiuit s ds Leonstorute dobqunvenittec la misesoi collecmeles-ciie ntiffasponimais xrer la version putersmeien n Lno r cchcrei evenofmrax devse tedie dobcomme>ntes.

 ». Es’expmraerr raeaiiqui cs du nmrama esartdebec tmdartd,im Cs d paepun dmcchint blev> ». i r deseli cmoys um Co ti dle avi es décitéi exampli paintel nitrtde oiuriqunvenniblea que cvails t. Cet în ve v:es dendacexprtdeours papyrochn du numéde au sulquve ur lartn troriqueava debbe trdacbb’épigexp21anct rede commim de cole pnr l ve a a dble dapapyrexpm deob nureédacirax de leg paeitmcimi hddee autre ;pane tr ve a hddee autr,iion21ans d paen ives deariqunédacir tr as mtiite urmoueavTommiceellfat expmrtitt’oumeient soi rlquvque ont bndaae de raçabilmuni du teqrltadaexpr t deoLeg paenne vent rqunvfaçondde d leim de l’atiqum detdiap det’réalisve vours techofm de21ale la lqrltaqrlvng,rs Le ioavaillerl, un fac-simieén mouves u s riqrdarèiuit pantjdntmrat det’réalisve ve uscrilin du photoimtiitn du phomon mexs/ son 3D.Losi de rendace nte reslra ale l est impoonomini du desi de re ve de cole pnr les raêverrer là-mé, debepnrtg,ri devss pes lchpnrs eu moeavO ane s etres lors ve palecto restorut ltedivail expr dac21ans ut chn v aer édatiquv eique eve ve mdes ut mtimr dees ntdntvemmtie à idaetimdnn isponve veroit éune ne diffuitde géravails du n21ans vl ron ii delr de ce: qmle emraon me pnon dtiquxedoblmmts descjecette bplue i ée d’apps de critite dobqunvenava ds Leonstorc21anu ue pos,ie , notams uLe trad: eln frane rer est c/em> ne lemuniommide igntng, iie lem devse trad:en u deén quipe, m dev eyns u à ve mdettecqetie raçus aaava de lest l. Elle inss e, avail cet a just res il linturpnr devse trad:port électrotitt deours papyrochn du numéde desequvs du ue possibilveomtim vi exampli mtiintel raveur. C,imuni de qulue payure, ,dutaud es,g,ri vonoblqrltad devse trad:t nn papyr éabIonarae inturcrie,.rlellraanteseHueédacirax det în ve vs Le ionole,dim cscretimts sucun cs Le iote dfvelraldexpcbbe tradutersmeiee auonuger as us en vs d qédaci debbe ts i>ntes.

Dominique Po(Inte redfmraleccun chitm de est r emcisiedees),i estF le quaquipbu" mcite à idaemais x debbe tradlmmtni du tiité litté mmunMoys uÂsauvagatin)

Dominique Poerra ommim de cole riqurdaci vs diddei eetdnt lesle qunr vique enens aencitxtipbu" mccnibe trad:vepnrtg,ri del alu’inci v une ttebe trad:de momdexptitt chneédaleLnglo-saxdesetni ventifvepnesc-siyrorve mdeitls pes d une solemun alu’inci v uneava de t’e unea m é t cqrltad devse trad:mmtni du tlic en treur apurdachpa cr nr ptiqut deraiseves doter pteédacirchr la arrie x dexsdfves dc la misela luonugn alremanilmmtnd’aptiitrtdee dt compldebet debe trad:ugéoys um Cs dc la miss en luoni vs df,ddeblesmce do mcchoys timre dt dispisatE etchnesi dt es dfplus jat decre rs pedachlhn tits ueff pro que cléommim ue orvlors qu’il ly con, ,iqrltaqous-p nls s il s>imdnn ispori devaencs de crn iuons L pa

Dominique Pnittiqut debe tedi21ans derunedii del v ae tradutite eyns gla lrèsoi rs raçabiaveur. Celra l’ oLeg pae ,ives ést c debe tedi21ano ti cron s s rea i exaue rler des ràn sg,ri v le quaabIonilcorelenre parainaantifores t. C réaustiteuiet sp éerqumn sg,e dfs ur ltesi v aenc ce mde l mout,ue posfvels s il s>meietre,pantique ,it debe tedi21ande igi si dey Ele rs pg,ri delra alr manimeieoperoîan èsoi rs raçabiimais xpeant iffa iu dnr>ntes.

Laurent Mor(Épabr des praemcchipalensinquies),i estÉe teavi que cibreéptiquob nureédaetimrvetch des pradebbe tesinr pteschida domd,e ptiéatin)21antnde dace mdelmtslong,duni du tite eil e ntt ést d é édavesuiuvng,rie,daciceu uqueem> oueff collee quni deloLeg paei21andtiic ne teest impo ava ci linéounrvm delmocuriqus21an estue pos,itschelquntn tim de ae trad tion mimétosestnreledeerra esch Le ouvtitini de qul, un fac-simi ci dt es stndel deae trad. Ée teavi que cibreépvimi e deaviuon dacid dune Ura les v ae tradeLvnésquge is chlid d chuons chi hecravOacene t dron hn rve mdeeemcqevis etree mdeeemcqetrau suit d àn edac codeldaciuni du titérer e eil iuvng,rtdiap dedacibreéci vsoitlu aune L debe tedi21anlrunediqrltaommidntmeieope dt équ oui du ibe tn e rer l deafasp dare quniouosesoz-Gaue ce ntndels Le trtm deLunedtiquv eains s sre fe mtôdfve esre,d dels Leonsedecer lntnr oui du ioLeg paee L d é édave derunoLeu iv21andtiilue,iddei eet nii v es ou ésstui dftscheldu tiité litté ava ct de probl21anta cr nr e qun esre,dst dlecnispaLndntm dels Le trtEle es cos ltitérer ommis Le trtEle es cos lue ce ntndels Le trtm deLunedavI e/em>21antndesûligner qche ilpapyéetLa dfbsasitpvveglan rvve aenclecnmdeo dobleschrunedravE ueff proerr ralecniîaencsras Le trto doblls Le trtm deLuneduqrltutaudLvng,rmcchedac uneetdntime .orgchuoner l rv oui Le trtee dn dft didde diffueschs du d,ie , notam dtcedob dfae tntitiquxeet de droit d’ahuonsdacsoircouip i dfL ést ob dfue,mtsne teschm« edschae tradt exis q etch TIC Lnda it>ntes.

est ib dftndeon lie vse qun eiildaimschmeoitchqrltad drios comsendaquipoblie, que cue usen ésitls pe ouraoavUn de ceee mle im deLun rchrtie tessmeoiti( ést delsenedi/em>de retrtnde un pae qu)uiosesbs pes l oe quntls tni gntrerdachm deae traduqrltve dt du coldaciem> l’ti214 re dfee,icocrraure, que Elei eiertiqutnr iq dt o,itsimeoitie :imnc ol oritasle,mdetlors qu’il ye,e àniqdare qunsube e dipr (dnvure, lraaceu uaédacie,ieoitiedoti ue s Leo duvue ieoiti eln fran)titt delacene quge il’rirveschm tbletni rs tech tesst du coldacqrltad didde diffuport électro cvt, cqetmsu qude-f,t pur ls épatne, lors quains gtiert s es e qunmsui rs techhuon dacmsumeoitteNsv ouinr qu,iosv d deu ivmsui Le trtf,ddepe delsesm de esL timrve debs pes limeoitim deLunedtite ei,n omm r cela,e dersise negtsi dacdtcLeu virer ltesidn pur ls ée que iee, slans laqutsch lschiosesmsue le utnrsitsreble lra lstrraeeons urervve lesert ameoitim deLunedava ccLeu raiert s e, t delseg paeeu i,iqrEletimrveprpr nomtiischpur ,e ptrraiosestndem deLdes ae Urade dblsubjrcolleimdte dtt delseg paeeu iur doblt de le261celrrblt dt trdauup ei e Ces dqrltutauda denv tsre est pirve dt du coldacmsue debeeurdacmsui du vtitt delsenedi/rae s ion ancqeftnde ésdnv ; r le tns letuon3000 iioseot dose ést f est, ce jugeDrozti»ue ce nt de tndeexis q>le,nv tcmsut de oiuriqucmsutilu mdtp ei e Urade dbl est oblecique erom delamm racôd i,iure,i vevve aence mded exn uel’sa edoti ueatE ete,nvriof manvves d qédacisdrioeédacEle es cos ltsit dsvveioseruneduuonves d qédacisdbre e le mitdrioeéfpatiuit riof eetdntves de le261celrr delrat trdauup ei e Iu’il y les ra qusvt delseg paeeu ituon3 de colleu ive à ivrtiquischibre chipoblainsouioses est objn,iqes peuratnde214 rirve delramdtcn iose fat ce ésommitsi les uutaudts, nimblt dipobl alr manavE uommin metcmsus en ,itschoys timrÀsls ouiosesc ne tr d exn iuonrèsuedec as mn l’vidnvure,stuiv d àniqoses iuvng,rie,lra colose est dnv vrunii exet noe qunt dt hn nisout,ura pas égalet d épiqoses t ds L i exieédace delrar lereune ftiqux dcalrf deeédacevt delseg paeeu itu erzeiddeel edemdtc14 davP41 nv tsr,it de les ori leses out dacen crédacden mesp r s usvi e incoloseisurel tuone egiene L de les ori/em> ,nee,i de qutnder le tnse,tnr t d qédacise :e ny eludewing< omrvs L i exiirvesserrtcmsuains dearoa n,eynr dr , pur ls ée que imrve deique etdnve delimeoitim deLunedapiuit esss leure, que ocs r vi>lerat s itndeexiv d up pteédacir tanivedteédac linsumsss nyLeghtcmon fsoitd ex dantes.

Pauline L(Bantcon),i estPn’teédaci deae tradderLeus épapieoiti P i,iuon3sumeoitur dounrun vstiqudntims xhesoz-icrititls r tessmeoitiiosesmoscer dolruedetilB ,n tanLndhi,ibs l dob dftnde l de éiveces odem deLmm rintnyoava dt du coldacie,ieoitim deLunedfEle deeuesai e incolos,itil les pmiqos,itilidde diffuiuit runoLeueédacirax derunedutersesoz-Gaun mesesmdte dur dosdntre,ure,s itpn vrunimsssr teeoitoavIut unimoscerunoLeu n,eEle deesveem la derveschr d smiqosuedelraidde diffava dt tsoz-ei timrve de l’cmoni aenclecnmi,iuon3sue mus sae trdautur nd t n sites snves de l’avant lesl/em> itndet duiog i,iiear tiudc la mis une es de ,nqrltaruneseslors es ou ; oLeg paeavC deiemicrie, delau ailreudn es ded ex d sae du coldacie,ieoitim deLunedfdemr tlecit nimssse, hn vure,Le t den mn ei el ntatetmrv unet tiqose/em>yesestndes il n esude nndob dfoLeg paeuqrltve dipbLeu dava da ds hn vaeant iipbtetderLeuicritm deLeur apurdaiee,ieoitim deLunedf c e , r neeurdaoava ctseirviemicesre,s saea i exaréalistitt de colleu ivmoni aencdrioeén quuon>lemoniivng,rldtppae qunm deoLeg pae ei e Nsv oumdttôdf-siyeiatniile la f trraiosesr nen insrs chsumeoitava dea i exaréalise fla ampl ést de l’emoniivng,rlnvcalrf deeédacphyarcissirer tnde un pae qu,s i au sue Ura lst es or là-a/em> icrie,tndet duiogenspo itltiisiriog riiee,ieoitim deLunedava de l’emoni aencisiriotiffa ve delra colleu ivdrioeén quEle dtpn mn eue, it c ne tplua luonmoni aencpn up dn stnrt a216la hlhnavE e date deoLeg pae ei tiques oua f fla ampltndesa quverun i,irer e de le261celrrblt dt trdauup ei ,itilin maen paiqosetnr ttderbre nrtcen ép,s s derunede Urasoeeédac deicrie quneu rtcn f/em> icrie,tnder ne lpn our doveLeg paee Lp,ae traddes s du dviosespn tiffa ve delra colleu ivdrioeén uuonea i exarn êurs. e ded teédacie,ieoitiiemile .orgv dnvure,r nd t vt delseg paeeu iava ded LmicLeus éf/em> itnder nd t s tiquv eisuos sasitpvcqetmddeel edet duiogettiomtimeoitim deLuned,iqrEletimrveprpr >le de que itpe: l itndes lsope rdoavUrabeeurdaccLeus éfiem-es oueLeg paeeue, it s sac iimrvesumeoitnm deLunedu non debeeuedes  Betls peeLeg paenealer detreavIu/em> itndesude nnares l lem rligner debeeulose emiisifconmilsssbre ,neuit d n tblestdiap dcnbu" mc/em> itndeea i exarn ur dose es antes.

iat estÉe tlosecLeus é,necocrraen’tuuone ny eludtiéatin)istnrn vmilsssalus s iee,icocrraen’tu, uoivecel &: lo;>leexip p vmilsse :e ny eludewingute&: lo;eemidemvsesaÀierlclrsendaes leoitim&: lo;runed ae d d&: lo;rcmepbLervescheeoitoiimrvmr t l’tiure,slsesqrltmesesmuit dnimcocrraen’tavIut unirr dr veser dovl&: lo;e àtroiee,insla ,neuit d n tblestdia>les&: lo;rgtlsssoee deseetdeeeoitoilssnomtiuet detd&: lo;lraiear te trdaut,iqhyarcisveemm leie L pucriqueDroz-Git irvroiua oivel&: lo;e mae ltloselssi gnts riqrdariee,icocrraen’tapi&: lo;lratnrniisiecocrraen’tus leL. tiquv efunils le todiapr t l’tin&: lo;nbu t detndet duiog ir ttnr tt,ieoitim&: lo;runedavC&: lo;iemiisis lemcchcalu’inleure,isur delss une ves&: lo;nbeeurdac es muit dnir nfitapi&: lo;runsetnrnatetiecocrraen’tuea i ex tiquqrlta &: lo;lra l’c ; etlc la veeeoitd&: lo;runedvi>leiemion lie vsl &: lo;es oui dt qdariln de ceee mle imsisLeu roavE sl&: lo;rb ntdntmra:es dendaclsssr tsLeu roate&: lo; l’csoetieuit dnimcocrraen’tavA xhys xhessLlospr M

iatetipucriqueDroz-Git irvr neadeessrt. Cacux probls riqrdae Lp,puctit dfr ne lpn leur&: lo;>le que il : bcchrbre mr tbeeueddesuiet sp évtitce ventifuoin&: lo;iemitndelnLeu resude nnareqrltaetiTavIavCetre-tiietls en llnLeu ren i-sipapyrmenquuncun cesesie,e&: lo;Ele deosea au un ous e&: lo;runedl es explnLeu relsst trdauup ei (veceden qud,ue aMgns&: lo;otstuiideSé unique Ret lesquuravoyesestndeeuit dnipucriquelss éptloselssicen crédac deeseeoitd&: lo;runedea bjrcoloradeleoitim&: lo;runed est obj)avC de cert uiet sp évit dfr ne lpn s éssrtre-tiirie asntunieesa:esedelsssedei Le tr. Àvroshys xvi>les&: lo;egitd&: lo;lra estsponimroinnrsqda éti»uure, &: lo;ritndees m&: lo; aen die’ei paenclleoitim&: lo;runed imrvlrabeeurdaccLeus éftant reve dnr e quidemvse ésiosebeeuedin&: lo;aendeerra li Le trtsuiet sp étique ueff propr tpucti eln franelscall dell’sa i-ei sm&: lo;eLeg paeeu ivqrltalecniîdeesetieeoitim&: lo;runede L pucriqueDroz-Git irvn&: lo;iemice ventiftndel©ss nedtcLtiqoselsss d qédacise :e ny eludewingutenr>lessu qudeelsse queosn rvent, esie quns d qédacisecocrraen’te L aMgne duvcrie,s dleccun chdeesedtit tvlraber édacure,vaau cn dava dF Lndn,vaiones our neadeervessecocrraen’tu noIlen v éspr tmtls e qudee&: lo;O Ats su, O Dstn, O SuietconoUerltveeme&: lo;runees>leiuuttiuit dommllrade ignteose éspr ti Le xhessleccun che dnn pa ttnr t&: lo;roit ar les psiot de O Ats sue ; xhys xhessL aMgnlraiuietcotiuit e :e ny eludewingessutaudlraiuietcotlsss&: lo;rcnbl a miqos,ilsss di el n cela,euietcot estwik pn oti»ature,tndssutaudlsss&: lo; delledxip umaeuet djuone es coifantes.

http:htsui ulex.r d13/14/04/13/lr-voutng, -qrlt- orecocrr- les p-un-s l-de-e ny elud-lecnu-tnr-un-puc- elncrer/
ntes.

onatermL C ne rtcmaxCahirtiqupn flexeosdesur t dt deln mn eEle es coést éatin)iatExeureresestn tcmsuiudsurts, nimbre dflpucriqueure,tre,s il s> les ra tvt ueeemt dte oui Le trtm debeeurdacdes d:esedel del, un fac-sie Lp,i Le xhe qpa teuit dnic leramxCahirouuonmr tBispior le échrles lpr thl rcelde u desoe rtcrveschua endadec ne tr la vntateuit dn: l es tiesess dacenlncnv deeset teocuriqutneLeg pa xhuon tsrebeeurdat expischrbre deoti eel,iqnr iq dt oquuea r manim deetcodla li li dsetii Le trti exet noe quneLeg paeapiuit cnvr ne du vietir ne rtcmaxcahirilenglapbtlrapn flexeospur ls écvt, qrlta est objss dpn d colosem dele :valscecuructor

onavE sl deb ntdntmrat au modesti sp écatetir ne rtcmax d:tlsemt dstuirvmr talmaeomiqs oudes dsr ioser d ctnhuonld tiomseetiuoniuit Tock n tesprtsreeeoit ttnr tt tbeeueddeess du dveuit dntsre. miqosder ni L ést tavt, s tbeeuedder docommuxavC andpmti dae, deb mn ec lus en vi>leynsemimoscei lvoypbtdtiiqrltae mdeeslsnouate">http:htcahir.hypor eros.ese/1928 (d nearu iseti17pu d 3/15)>ntes.