Archives par mot-clé : base de données

CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi)

CBMA logo

 

http://www.cbma-project.eu 

Le projet de recherche des CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi – Chartes de la Bourgogne du Moyen Âge) numérise, enregistre et exploite la prolifique documentation diplomatique bourguignonne, parmi laquelle figurent, entre autres, les chartes des emblématiques abbayes de Cluny et de Cîteaux. Les réalisations et les résultats du projet sont mis à la disposition via une plate-forme documentaire et une base de données d’actes diplomatiques librement accessibles sur Internet sous différents formats électroniques. Ce corpus, régulièrement enrichi, comptant actuellement plus de 18000 chartes médiévales, est interrogeable avec le logiciel Philologic (philologic.cbma-project.eu) et constitue un terrain expérimental pour de nouvelles méthodes de recherche. Le projet propose aussi plus de trente cartulaires manuscrits originaux à feuilleter. Le programme, qui s’appuie sur un large réseau de collaborateurs, conduit également une réflexion épistémologique sur les transformations dans la pratique de la recherche, induites par la numérisation massive de textes médiévaux et par l’usage du support électronique dans la reproduction des documents et manuscrits. Des expériences nouvelles sont menées pour mieux connaître la société médiévale, pour la connaître autrement, en faisant toute la place aux études de sémantique structurelle, aux approches statistiques et spatiales, ainsi qu’aux implications cognitives de la littératie, en tant que technologie graphique et visuelle.

CBMA3

CBMA4

CBMA1

LE PROJET SIGILLA

La sigillographie s’inscrit depuis les années 1830-60 dans une perspective
 d’édition à la fois extensive et originale. Les sceaux, qui forment l’un 
des plus abondants corpus médiévaux, bénéficient depuis un siècle et demi 
d’outils documentaires dont les fondements épistémologiques ont peut- être
 contribué à rendre ces objets moins accessibles alors même qu’ils 
permettent d’éclairer des pans entiers de la culture médiévale. Allant de 
l’histoire sociale à l’anthropologie en passant par l’histoire de l’art et 
le droit, les sceaux sont des témoins essentiels des pensées, des codes, 
des mœurs, des rapports sociaux des hommes et des institutions du Moyen
 Âge.

Initié en 2013 par le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation 
Médiévale de Poitiers, le programme SIGILLA (base de données des sceaux 
français) est un projet de fédération et de promotion des collections 
numérisées des sceaux des institutions de conservation 
françaises (archives, musées, bibliothèques, collections
particulières). Partant du constat de la multiplication des mises en ligne 
de sceaux par les centres d’archives, entraînant une certaine dispersion
 des méthodes et de l’information, le CESCM s’est proposé de rassembler les 
énergies dans le cadre d’un Consortium SIGILLA associant laboratoires de 
recherches, institutions de conservation, musées, bibliothèques et 
archives départementales, en collaboration étroite avec les Archives
 nationales (AN, AD Aube, CRULH de Nancy, CRAHAM de Caen, société ARES, IRHT, TGIR Huma-Num). Bénéficiant du soutien financier du consortium COSME assurant le développement des bases en humanités numériques médiévales, du Service interministériel des Archives de France mais également de mécènes, SIGILLA s’organise selon deux axes. Le premier ambitionne la création d’un outil documentaire en ligne innovant prenant le sceau dans toute sa richesse, tant sous l’angle diplomatique et juridique que sous celui d’une pratique inscrite dans la matérialité et la sérialité. Le second consiste 
en l’enrichissement de cette base de données par le biais du moissonnage 
des données numériques existantes tout en se proposant de décrire la 
partie inédite d’un corpus immense et encore largement méconnu.

Les outils nécessaires à la collecte des données et à leur diffusion 
publique, élaborés pour favoriser l’indexation collaborative, permettront 
prochainement aux archives partenaires ou volontaires d’alimenter cette 
base nationale de sceaux. SIGILLA, sans dévaloriser les bases déjà constituées mais en les enrichissant de données comparatives, devrait permettre à moyen terme, de rassembler sur un site unique l’ensemble des empreintes déjà numérisées et cataloguées. Le Programme cherche également à encourager le versement de nouvelles collections, soutenu, autant que possible, par des financements fléchés et/ou une assistance technique.

Si l’ambition de la base SIGILLA n’est pas de renouveler fondamentalement 
la méthode sigillographique, le support numérique impose un certain nombre 
d’adaptations et d’amendements qui, à terme, contribueront à rendre la
 source plus accessible. L’intérêt majeur du projet est bien de donner à
voir à la fois la diversité des supports : sceaux originaux mais aussi moulages, dessins, photographies anciennes, tout en traduisant le 
principe sériel dans lequel s’inscrit fondamentalement la pratique 
sigillographique. Située au confluent des disciplines et prenant en compte la complexité de la pratique sigillaire, la base SIGILLA permettra de répondre aux 
exigences et aux attentes à la fois des spécialistes des sciences 
historiques et sociales, des historiens des techniques et des matériaux 
mais également d’un public plus large.

Le projet SCRIPTA

SCRIPTA (Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication Textes Anciens, resp. P. Bauduin) s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherches développé au Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273, http://www.unicaen.fr/crahm/) sur les sources textuelles de la Normandie médiévale qui comporte également une revue électronique (Tabularia), des rencontres scientifiques, des projets d’édition de sources, des recherches menées par des chercheurs confirmés (actes d’évêques) et des doctorants (chartrier de Fécamp, cartulaire de Saint-Etienne de Caen).

Il s’agit d’un outil destiné à la disposition d’un public de chercheurs un vaste corpus de chartes normandes des Xe-XIIIe siècles (plus de 8000 actes fin 2014). La plupart des actes incrémentés sont issus d’éditions anciennes mais la base intègre depuis peu des textes qui sont édités pour la première fois ou font l’objet d’une réédition.

Le projet a été soutenu ou associé à de plusieurs actions :

– Un appel d’offre (MRSH) destiné à promouvoir les recherches pluridisciplinaires en SHS (2004)

-Le projet  ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales » coordonné par B.-M. Tock (Lille 3 puis Strasbourg) associant 5 MSH (2004-2007).

-Le volet « Patrimoine et valorisation technologique » du CPER 2007-2013 défendu par la MRSH de Caen.

-Le projet ANR ESPACHAR « Espachar. Les espaces de la charte. Les caractéristiques régionales et des réseaux d’influence dans l’établissement des chartes » (coord. B.-M Tock, 2008-2011). SCRIPTA intègre également les données issues du projet ANR CHARCIS (« Chartes cisterciennes », resp. B.-M Tock).

-Depuis 2010, le projet est soutenu par le pôle du Document numérique de la MRSH de Caen (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique).

-Enfin, le projet SCRIPTA est inscrit au titre des opérations conduites dans le cadre du consortium COSME du TGIR Huma-Num.

Même s’il concerne d’abord les chartes normandes, le projet SCRIPTA s’insère dans un cadre plus large de constitution de corpus. Concernant les actes diplomatiques, c’est le cas par exemple de la base des originaux antérieurs à 1121 conservés en France réalisée à l’Université de Nancy et accessible sur le centre de ressources TELMA ou encore de  Chartae Galliae et de Chartae Burgundiae Medii Aevii  (CBMA)).

Le choix technique d’abord retenu a été un SGBD type MySQL associé à un langage serveur (PHP) permettant l’interfaçage de la base sur le Web. SCRIPTA a été conçue au départ comme une base de données destinée à permettre l’accès à un vaste corpus de chartes ; d’autre part, certaines fonctions de l’outil ont été mises en place en vue de préparer une édition des actes, ou du moins d’entrer les métadonnées nécessaires à la réalisation d’éditions d’actes. Une exportation en XML des actes renseignés en vue de leur édition était prévue grâce à une fonction intégrée à la base sous MySQL. Toutefois, les limites de la structure en SQL pour ce type d’opération sont vite apparues car la version XML exportée nécessitait à la sortie d’être enrichie afin de pouvoir présenter une version éditorialisée du texte qui soit entièrement satisfaisante.

L’évolution  du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI et des protocoles élaborés au sein du Pôle du document numérique de la MRSH de Caen. Cette expérimentation en relation avec SCRIPTA s’est faite principalement autour d’un projet d’édition d’un corpus inédit, les actes des évêques d’Evreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-CRAHAM) dans le cadre du projet « E-Cartae » en vue de la réalisation d’une interface en ligne permettant l’édition critique, la publication et la consultation avec recherches simples ou avancées des chartes médiévales. Le choix initial (2010) avait été de faire communiquer deux outils, l’un de base de données sous MySQL et l’autre d’édition électronique des chartes sous XML permettant un balisage très fin des informations. A l’expérience cependant cette solution s’est avérée techniquement très lourde, pour un résultat imparfait.

L’une des solutions proposée a été de transférer la version actuelle de SCRIPTA vers une nouvelle application en EAD gérée par le logiciel Pleade, un outil de publication, de consultation et de recherche de documents et d’archives numérisées. L’avantage était double. D’une part, Pleade utilise une structure XML (EAD), plus légère et moins complexe que la structure TEI conçue pour l’édition des chartes. D’autre part, la solution envisagée devrait permettre une meilleure interopérabilité entre des outils utilisant le XML. De plus, l’EAD est de plus largement utilisé pour la description de fonds d’archives, des collections de manuscrits ou d’objets, ce qui peut faciliter une coopération avec les services de conservation de ces fonds. La structure de SCRIPTA sous Pleade a été réalisée en 2013 et la migration a été effectuée en 2014.

L’évolution du projet a également suscité une réflexion sur l’indexation des actes et la nécessité de développer un nouvel outil (« Thesaurus »). Une structure TEI dévolue aux données d’indexation a été conçue par Marie Bisson (Centre Michel de Boüard-CRAHAM/ Pôle du document numrique-MRSH) de manière à permettre l’indexation de plusieurs éditions de textes différentes (chartes, textes littéraires…). Cet outil, développé à partir de projets d’édition existants, a donc été adapté à SCRIPTA et servira simultanément à différents corpus ou textes. L’indexation de plusieurs milliers d’actes représentant un objectif de long terme, seule une partie des actes de SCRIPTA en fera l’objet dans un premier temps.

D’autres développements de l’outil SCRIPTA sont en cours, concernant l’intégration des images numérisées grâce à un financement de COSME et en relation avec les bases de chartes numérisées de différents services d’archives, principalement les archives départementales de la Seine-Maritime (http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=recherche_guidee).

SCRIPTA, dans ses versions MySQL puis Pleade est disponible en ligne à partir d’un accès codé fourni aux chercheurs associés au projet. La prochaine étape, à l’horizon 2015, sera de permettre un accès libre des données existantes validées.

Chartae Galliae / Charcis

Le projet CHARCIS (ANR Corpus 2011) vise à constituer une base de données textuelle de chartes reçues par les abbayes cisterciennes « françaises » (i. e. de la France actuelle) au XIIe siècle. Cette base est appelée à compléter et enrichir la base Chartae Galliae mise en place lors du projet Espachar (Corpus 2007).

Cela suppose :

– de renforcer l’interface de saisie et d’interrogation qui avait été mis en place pour Espachar

– de compléter la saisie des recueils d’actes édités

– de transcrire, dans les dépôts d’archives et les bibliothèques, les actes inédits.

La finalité du projet était de permettre de donner un nouvel élan aux études sur les Cisterciens, mais plus généralement sur les champs thématiques en lien avec les Cisterciens, que soit la vie religieuse ou l’économie rurale, grâce à la publication d’un ensemble de plusieurs milliers de textes inédits.

Résultats actuels

L’interface d’interrogation a été complètement remaniée et améliorée : http://www.cn-telma.fr/chartae-galliae/index/

La plupart des recueils édités ont été saisis et intégrés dans la base.

Le travail de transcription des actes inédits est en cours.