L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte rendu (3. Table ronde)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’études sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publié en quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques). 

3. Table ronde animée par Caroline Macé et Rémi Mathis (3 février 2015 matin)

Caroline Macé (KULeuven) introduit les discussions en soulignant la richesse des discussions de la veille, ayant balayé tout le champ. Elle note que l’édition de documents et l’édition de textes littéraires sont complémentaires ; que la notion de « texte » pose problème, et encore davantage si on se situe du côté des modernistes et contemporanéistes (explosion de la notion de texte et d’auteur). Elle insiste sur la variété des pratiques qui se matérialisent et se figent au sein de telle ou telle collection dans laquelle on édite. Il est important aussi de souligner que le terme « éditeur » reste ambigu en français, couvrant aussi bien l’éditeur commercial ou scientifique. Caroline Macé lie ces journées avec la journée qui vient de se tenir à Grenoble, autour de « New contract between editors and publishers ». Elle insiste sur les caractéristiques de l’édition scientifique telle qu’acceptée communément, avec ses signes extérieurs comme les apparats etc., mais aussi la reconnaissance sociale d’une collection, tandis qu’elle note que les éditions en ligne sont souvent peu critiques et publiées de manière parfois « sauvage » : ce qui est « mis sur internet » est souvent considéré comme de « seconde qualité »… et donc cela fragilise la défense du droit d’auteur/éditeur sur le web.

Berra fait remarquer qu’on ne rencontre pas ces problèmes dans d’autres disciplines, par exemple, en papyrologie ; J.-L. Fournet ajoute que c’est une discipline récente et une petite communauté, ce qui rend l’entente plus aisée. Pour l’épigraphie, le drame, selon M. Brunet, a été la seconde guerre qui a séparé les communautés scientifiques françaises et allemandes : Internet a changé les rapports, fort heureusement.

Pour J.-L.Fournet, le problème ne se situe pas du côté du droit d’auteur, mais dans le lien avec l’éditeur commercial : la volonté collective tend à une diffusion la plus large possible. Il faut donc trouver des compromis entre possibilité de travailler et nécessité de ne pas léser les droits commerciaux de l’éditeur. Cela va sans douter évoluer.

P .Bertrand note que si des espaces d’édition électronique existent, ils ne sont pas encore reconnus canoniquement.

B.-M. Tock insiste sur la nécessité de parler de la pérennité de l’édition. Le support électronique n’offre de pérennité qu’à un maximum de 20-30 ans, selon lui, et il ne lui paraît pas raisonnable de ne pas publier un travail achevé et vraiment complet en papier en plus du numérique. Pour A.-M. Turcan-Verkerk, la collaboration avec les Presses universitaires de Caen permet d’envisager une forme de pérennisation : il faut toujours un éditeur commercial. Il faut inverser le processus et considérer la version papier comme un sous-produit du travail d’édition en ligne, à la demande pour ceux qui en ont besoin.

De Jongh insiste aussi sur la pérennité. Elle est possible dans des accords comme celui conclu avec l’Université de Leeds pour l’IMB. Surtout que les fonds universitaires ne sont plus jamais garantis et peuvent être coupés assez brutalement. Mais quand un éditeur commercial collabore à un projet, il faut toujours trouver une forme de compensation monétaire.

Pour D. Poirel : le travail de l’éditeur s’articule autour d’un tryptique : texte, apparat, introduction. Tout chercheur peut considérer la qualité d’une édition en analysant la qualité de ce tryptique. Par ailleurs, le point à retenir dans cette controverse sur le droit d’auteur applicable à l’éditeur, c’est que l’on pense que l’éditeur est un auctor. Enfin l’édition critique est historiquement liée au support imprimé, depuis les premiers temps de l’Humanisme. Sachant cela, une édition numérique doit soit être une édition mimétique de l’imprimé ; soit s’en libérer mais dans ce cas, tout reste à inventer.

Mathis insiste sur le fait que la mutation ressentie ici se retrouve dans bien d’autres milieux, comme la musique. Les problèmes sont, pour lui, de deux types : économique et symbolique. Le problème économique tient au modèle adopté ou mis en cause : open access ou non ? La question symbolique est plus problématique : on touche à une blessure narcissique, au statut de l’auteur remis en cause par l’internet. Cette remise en question s’amplifie encore avec la mise en place d’outils collaboratifs et d’inventaires en ligne, comme avec Wikipedia où chaque auteur n’est plus qu’un « petit scarabée ».

À propos de la pérennité : Pour R. Mathis, le temps de l’internet est justement le temps long, voire très long : tout projet s’y construit dans le temps long, avec des mises à jour, dans un continuum. B.-M. Tock nuance : lorsqu’on parle pérennité, on parle toujours technique, alors qu’il y a un aspect économique et politique essentiel qu’il faut prendre en compte. Rien ne garantit que les institutions publiantes sur le terrain du numérique seront encore là dans 20 ou 30 ans. La libération des données, sous licence évidemment, offre une solution, selon R. Mathis : les données peuvent être répliquées et intégrées par ailleurs, ce qui garantit une plus grande pérennisation.

Sur le terrain de la critique génétique, la question se pose autrement, explique E. Durante: sans concept d’apparat ou d’établissement du texte, le chercheur se concentre sur l’exhaustivité, la nécessité de restituer toute la masse des traces disponibles –et par là-même, il ne peut rêver à l’idée d’achèvement. Les critères de qualité pour une édition génétique ne sont donc pas les mêmes. Les TIC sont devenues un prérequis pour les écrivains d’aujourd’hui, qu’étudie la critique génétique : la plupart des écrivains s’appuient sur elles d’une façon ou d’une autre (comme outil de rédaction ou d’inspiration…) et aucun chercheur/éditeur en critique génétique ne peut en faire l’économie. Les problèmes de pérennisation des données sont ressentis avec la même inquiétude par les spécialistes de critique génétique.

Laurent Morelle se dit frappé par la question de la reconnaissance du travail intellectuel : une question d’auctoritas en effet. Le paradoxe est évidemment que nous risquons d’entraver l’accès libre à notre travail. La vraie question est celle de la reconnaissance et de la traçabilité de la qualité et de la dignité du travail intellectuel, d’assurer la reconnaissance de la signature, qui permet de juger aussi a priori de la qualité du travail. Le travail sur le mode collaboratif est essentiel, mais attention, il ne faudrait pas que l’auteur disparaisse derrière le chef de projet identifiant une équipe, même si, comme le souligne R. Mathis, il y avait déjà des récupérations d’ouvrages collectifs par des chefs de projet au XIXe siècle, dans les publications papier. Dernière remarque de L. Morelle: le peer reviewing n’est pas la panacée pour décider de la qualité d’un travail : bien d’excellentes choses ont été publiées dans des revues de petites sociétés savantes.

Pauline Lebbe décompose la question de l’auteur/éditeur en trois axes : juridique, commercial et scientifique. Dans le jugement Garnier-Droz, il semble reconnu que le problème n’est pas financier : la question d’argent est celle de l’éditeur commercial… même si, comme le fait remarquer C. Macé, le problème est d’utiliser à des fins commerciales des recherches faites avec de l’argent public.

M.-L. Demonet intervient, toujours à propos de la pérennisation, en insistant sur celle des textes de la base Rabelais, mise en place en 1994 : les textes lui ont survécu. Mais cette stabilité tient aux personnes aussi : que se passera-t-il à son propre départ en 2016, pour les BVH ? Il faut trouver quelqu’un à qui transmettre les objets, avec le risque de la disparition de la reconnaissance auctoriale.

Chiron insiste à son tour sur l’importance de l’empreinte du paradigme artistique sur l’originalité : il faudrait définir une sorte de coefficient d’empreinte de l’éditeur sur le texte, permettant une mesure plus objective que ce modèle artistique, même si, comme le rappelle C. Macé, l’effort et le sérieux ne fondent pas le droit d’auteur.

De Jongh demande que l’on compare le travail éditorial de Brepols avec celui des éditeurs en sciences dures : Brepols essaie vraiment de donner un service de haute qualité ; qui le rendra si Brepols ne le fait pas ? Les institutions publiques ? Les chercheurs ? Mettront le temps et l’argent pour arriver à cette qualité ? L’open access n’est pas impossible, mais il fait prendre en considération les illusions du tout gratuit : en pensant que tout est gratuit, on peut être tenté de détruire le modèle sans avoir rien pour le remplacer et sans plus pouvoir payer les coûts liés à l’accès libre. Il faudra donc réinventer les maisons d’édition ou accepter une baisse de qualité.

Pour M. Brunet, l’Internet donne la place à une publication qui n’est pas une édition, et ceci est en cours depuis vingt ans. Cette expérience et cette invention doit être vue positivement : il faut considérer l’intérêt du nouveau médium davantage que les difficultés qu’il nous pose.

Berra insiste sur le changement de culture et la mutation de société qui expliquent ces transformations et plaide pour l’invention d’une nouvelle infrastructure, nationale comme internationale.

Si, selon J.-L. Fournet, le changement de support ne modifie pas vraiment le périmètre des utilisateurs, des problèmes de travail et de consultation restent patents. Mais aussi des avantages : les étudiants manifestent de plus en plus un esprit critique plus développé qu’il y a un siècle (A.-M. Turcan-V.). Nicole Bériou se demande s’il ne serait pas bon d’introduire une distinction entre différents types d’édition et niveaux de texte édités et par ailleurs d’affirmer la compatibilité entre science philologique et besoin des utilisateurs.

Bertrand revient aux objectifs associés aux éditions et notamment aux modes de lecture de ces éditions, transformés par l’électronique. La jeune génération ne publie pas sur internet comme sur le papier : carnets de recherche, Wikipedia, etc. R. Mathis complète : être très présent sur Internet est aussi une question de visibilité ; la plupart des gens utilisent le web comme un réservoir de données libres et aisément accessibles. Y publier, c’est être utilisé. A. Berra revient sur le problème de la diffusion, lié aussi au problème de la mise en plateforme et déplore le fait qu’il n’y ait toujours pas de standardisation, qu’on ne sait toujours pas comment se servir au mieux d’un terminal.

La question du coût de l’open access et du rôle de l’éditeur dans ce modèle est abordée par P. De Jongh et R. Mathis : pour ce dernier, l’éditeur doit être considéré comme un prestataire de service, sans autres droits. Pour P. De Jongh, ce modèle n’est pas applicable aux SHS, qui sont trop « pauvres ».

Le bilan des discussions de la matinée est proposé par C. Macé. Comment valider scientifiquement le rôle de l’éditeur ? J.M. Fournet reprend : un comité éditorial peut très bien faire l’affaire, aussi bien pour le numérique que pour le papier ; il n’y a aucune raison que la validation ne puisse se faire à posteriori. L’autorité de l’éditeur reste forte (A.-M. Turcan-V.), même si un comité éditorial ne résout pas tout. R. Mathis nuance en expliquant que si l’évaluation par les pairs est aussi tranchée pour les publications papier, c’est parce que le papier est cher. Attention au modèle collaboratif, peu adapté pour les textes avec tradition nombreuse, par exemple…

Stutzmann note dans tous nos discours une certaine schizophrénie : on veut gérer soi-même les publications… tout en exigeant qu’elles soient centralisées ; on demande la gratuité… mais aussi la reconnaissance ; on exige que les publications électroniques soient valorisées… alors que personnellement on a des difficultés à l’accepter pour nous. Le problème se place aussi à l’international, où la place du numérique est reconnue (M. Brunet).

De Jongh pense que l’avenir sera intéressant : l’auteur ayant le choix de décider comment publier, commercial ou libre ; il pense que l’auteur sera plus important et même maître du jeu à l’avenir.

J.-L. Fournet souligne qu’on a peu parlé d’image. Cette dernière est indissociable de certaines éditions, ce qui introduit un troisième larron : l’institution qui possède l’objet. Voire les « ayants-droits »… Certes, on constate une certaine évolution dans les pays du Nord et en France (R. Mathis) mais malgré tout, rien n’est encore fait.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *