L’éditeur de textes est-il un auteur ? Compte rendu (1. Introduction)

Affiche

Les 2 et 3 février 2015 ont eu lieu à l’IRHT des journées d’études sur le thème : « L’éditeur de textes est-il un auteur ? Réflexions juridiques et scientifiques à propos de l’édition critique ». Le compte rendu de ces deux journées est proposé par Paul Bertrand et Sébastien Barret. Il est publié en quatre billets successifs (1. Introduction ; 2. Résumés des interventions ; 3. Table ronde ; 4. Atelier sur les bonnes pratiques juridiques). 

Organisation : Sébastien Barret (CNRS-Institut de recherche et d’histoire des textes), Aurélien Berra (Université Paris Ouest Nanterre la Défense), Paul Bertrand (Université catholique de Louvain-la-Neuve), Matthieu Cassin (CNRS-Institut de recherche et d’histoire des textes), Maïeul Rouquette (Université de Lausannne)

1. Introduction des organisateurs (2 février 2015)

L’édition de textes est un sujet fort discuté ces dernières années, sous l’influence d’un certain nombre de facteurs parmi lesquels   l’explosion numérique que nous vivons, qui incite à réviser méthodes et objectifs. Dans le même temps, les évolutions propres aux mondes de la recherche et de l’Université ont conduit, en France et ailleurs, les spécialistes d’édition à se sentir souvent marginalisés, voire remis en question. Les débats autour de l’édition de textes, de ses moyens et de ses résultats ne sont pas récents, et Marc Bloch y participait déjà ; mais ils semblent avoir gagné en acuité, notamment auprès des acteurs mêmes de l’édition. C’est ainsi, par exemple, que l’École des chartes et l’Institut historique allemand de Paris se sont posés conjointement la question « Pourquoi éditer des textes médiévaux au xxie siècle ? » lors d’un colloque en mai 2013. De manière significative aussi, une figure telle que le spécialiste d’édition de textes diplomatiques Theo Kölzer, travaillant dans le cadre des prestigieux Monumenta Germaniae Historica, l’institution éditrice de sources médiévales par excellence, s’est visiblement pensé dans l’obligation de fermement défendre son activité scientifique à plusieurs reprises ces dernières années. Le développement de la critique génétique au sein des études littéraires marque aussi un changement de paradigme au sein de celles-ci et pose la question du délaissement de l’édition critique au profit de l’édition dite « diplomatique » par ces mêmes spécialistes de littérature.

La question est donc fondamentale et porte sur la raison d’être de la critique textuelle et des sciences du texte. Cette ambiance à la fois réflexive et obsidionale semble avoir pesé sur la réception du jugement qui a servi de point de départ à notre initiative : certains collègues ont accueilli cette affaire avec crainte, tandis que d’autres s’en réjouissaient – nous incitant à proposer une réflexion croisée.

Il existait jusqu’ici deux figures opposées de l’éditeur:

– le génie qui, à partir des sources défigurées par les ravages du temps et les copistes ignares, restaure le texte en son état d’origine, par-dessus toute la tradition médiévale, pour retrouver l’esprit antique qu’il s’est assimilé. Il recrée le texte, qui doit à son seul génie de revenir à la lumière.

– le savant et patient chercheur, qui rebâtit, à partir des traces que sont les fautes, l’arbre généalogique des copies, pour restaurer peu à peu, d’une manière systématique et vérifiable par tous, le texte dans son état le plus proche possible de l’original. Le texte resurgit du passé, par les humbles mains d’un ouvrier qui s’efface devant son œuvre, car rien ne vient de lui.

On y ajoutera d’autres portraits d’éditeurs, plus ou moins récemment apparus, mais de plus en plus plébiscités par la communauté scientifique : l’éditeur qui a abandonné la chasse au fantôme des origines pour accepter, tel quel, telle ou telle version manuscrite d’une œuvre, figée dans son parcours, comme étant « la meilleure », « la plus proche de tel ou tel milieu de réception », etc… Ou encore l’éditeur qui accepte et reconnaît la fragilité de œuvre d’éditeur et met en avant la nécessité de disposer avant tout d’une version « accessible » à la communauté scientifique, sous la forme d’une simple transcription, d’une première édition à partir de quelques exemplaires seulement : bref, d’une édition « work in progress ». Ces différentes formes d’édition frappées au coin de la « Real Politik » sont de plus en plus fréquentes et peuvent être menées par des chercheurs ne maîtrisant pas nécessairement les arcanes de la philologie.

Le trait est bien évidemment caricatural… mais on voit assez bien sur quelle étendue s’étendent les possibilités pour comprendre le rôle et la part de l’éditeur d’un texte ancien ou médiéval : son action s’apparente-t-elle à celle d’un auteur ou d’un simple ouvrier ?

Un jugement de mars 2014 dans une affaire opposant Droz et Classiques Garnier a repris, dans ses motivations, des arguments qui se situent assez souvent, pour un praticien de l’édition de textes, à un niveau presque aussi caricatural, en appuyant sa décision uniquement sur la conception binaire d’un éditeur scientifique considéré soit comme un auteur, soit comme un « non-auteur ». Or peut-être faut-il chercher ailleurs, dans d’autres modèles, la place de l’éditeur dans ce processus : la notion de responsabilité intellectuelle du droit d’auteur est-elle la plus adéquate ? L’éditeur de textes est-il un auteur ? est-il plutôt un restaurateur, sur le modèle des beaux-arts ? est-il l’interprète d’une œuvre existante, comme un musicien ? Comment prendre en compte une pluralité d’agents intervenant dans le processus éditorial ?

À travers ces questions est également soulevée celle du caractère scientifique de l’édition critique. Comment justifier la scientificité du travail d’édition sans tomber dans le positivisme ou le machinisme ? Le problème de la reconnaissance sociale de l’éditeur est aussi abordé indirectement : est-il possible de reconnaître l’importance du travail d’un éditeur s’il ne fait qu’appliquer une méthode déterminée à l’avance  -comme cette méthode « philologique », ou encore comme une « simple » procédure de transcription basée sur des compétences paléographiques ?

Si la plupart des éléments évoqués jusqu’ici ne sont pas neufs, une dimension nouvelle a cependant été introduite en quelques décennies par l’édition électronique des textes, et par la création de banques de textes, d’accès libre ou non. L’édition électronique, ou la mise en ligne de textes déjà édités, change-t-elle fondamentalement la position et la responsabilité de l’éditeur sur le texte édité, ainsi que l’approche juridique de cette responsabilité ?

Avant d’entrer dans ces débats, que nos collègues juristes exploreront sûrement cet après-midi, il faut d’abord retourner à nos propres pratiques d’éditeurs de textes, afin d’explorer nos méthodes, nos présupposés, et aussi leur variation en fonction des matériaux auxquels nous nous confrontons, des champs disciplinaires où nous inscrivons notre activité savante. Les pratiques et les théories des spécialistes de l’Antiquité classique ne sont pas les mêmes que celles des médiévistes, les usages des papyrologues diffèrent de ceux des diplomatistes. Ces divergences ont-elles une influence sur la situation juridique de nos éditions ? La situation matérielle des sources conditionne aussi les méthodes : on n’édite pas de la même manière un document unique, contemporain de la création du texte, et fragmentaire, ou un texte que transmet une centaine de manuscrits copiés au moins cinq cents ans après sa création. Demain, nous écouterons également une spécialiste de littérature comparée et de critique génétique, qui viendra apporter sa propre vision des choses. En cherchant à confronter nos approches, avec réalisme et modestie, avec l’appui des discussions de ce jour et de demain, nous espérons dégager quelques constantes, mettre en évidence certaines caractéristiques propres aux différents champs, et nourrir ainsi la réflexion juridique en ce domaine.

Demain matin, rassemblés autour de la table après avoir ruminé les acquis de cette première journée, nous pourrons confronter nos points de vue, explorer des cas particuliers, tester et appliquer les solutions envisagées. C’est également à cette fin que nous vous avons communiqué le petit texte d’Alain Guerreau, qui souhaitait ainsi prendre part au débat :

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01112213v1

Demain après-midi, enfin, un atelier permettra de réfléchir en commun à des pistes conduisant à de bonnes pratiques – ou de meilleures pratiques ? – juridiques en matière d’édition de textes, en particulier dans le cadre des éditions électroniques ou de la mise en ligne d’éditions. Comme aujourd’hui, il s’agira avant tout d’ouvrir une réflexion commune, autour des cas évoqués ou présentés. On n’hésitera pas, d’ailleurs, à évoquer les procédures d’édition elles-mêmes, autour de dossiers que nous invitons à présenter et à discuter. En effet, cet atelier est ouvert à chacun et il serait intéressant que vous mettiez sur le métier une édition que vous êtes en train de réaliser ou que vous voudriez réaliser. Ce seraient là des cas d’école, des hypothèses de travail sur lesquels nous pourrions, juristes comme éditeurs, réfléchir ensemble.

La journée se terminera par un relevé de conclusions que nous tenterons de faire, et qui sera la trame d’un futur compte rendu de colloque.

Avant de commencer nos travaux, il nous est agréable de remercier chacun des intervenants, mais aussi les universités et centres de recherche qui ont soutenu cette initiative, notamment Cosme, le consortium « Sources médiévales » labellisé par le Tgir Huma-Num et évidemment la grande maison qui nous accueille et à laquelle l’édition de textes est consubstantielle : l’institut de recherche et d’histoire des textes.

Nous vous remercions encore d’avoir accepté notre invitation et sommes très heureux que ces moments de partage soient possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *