Le projet SCRIPTA

SCRIPTA (Site Caennais de Recherche Informatique et de Publication Textes Anciens, resp. P. Bauduin) s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherches développé au Centre Michel de Boüard-CRAHAM (UMR 6273, http://www.unicaen.fr/crahm/) sur les sources textuelles de la Normandie médiévale qui comporte également une revue électronique (Tabularia), des rencontres scientifiques, des projets d’édition de sources, des recherches menées par des chercheurs confirmés (actes d’évêques) et des doctorants (chartrier de Fécamp, cartulaire de Saint-Etienne de Caen).

Il s’agit d’un outil destiné à la disposition d’un public de chercheurs un vaste corpus de chartes normandes des Xe-XIIIe siècles (plus de 8000 actes fin 2014). La plupart des actes incrémentés sont issus d’éditions anciennes mais la base intègre depuis peu des textes qui sont édités pour la première fois ou font l’objet d’une réédition.

Le projet a été soutenu ou associé à de plusieurs actions :

– Un appel d’offre (MRSH) destiné à promouvoir les recherches pluridisciplinaires en SHS (2004)

-Le projet  ACI « Les chartes comme instrument de pouvoir dans les sociétés médiévales » coordonné par B.-M. Tock (Lille 3 puis Strasbourg) associant 5 MSH (2004-2007).

-Le volet « Patrimoine et valorisation technologique » du CPER 2007-2013 défendu par la MRSH de Caen.

-Le projet ANR ESPACHAR « Espachar. Les espaces de la charte. Les caractéristiques régionales et des réseaux d’influence dans l’établissement des chartes » (coord. B.-M Tock, 2008-2011). SCRIPTA intègre également les données issues du projet ANR CHARCIS (« Chartes cisterciennes », resp. B.-M Tock).

-Depuis 2010, le projet est soutenu par le pôle du Document numérique de la MRSH de Caen (http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/document_numerique).

-Enfin, le projet SCRIPTA est inscrit au titre des opérations conduites dans le cadre du consortium COSME du TGIR Huma-Num.

Même s’il concerne d’abord les chartes normandes, le projet SCRIPTA s’insère dans un cadre plus large de constitution de corpus. Concernant les actes diplomatiques, c’est le cas par exemple de la base des originaux antérieurs à 1121 conservés en France réalisée à l’Université de Nancy et accessible sur le centre de ressources TELMA ou encore de  Chartae Galliae et de Chartae Burgundiae Medii Aevii  (CBMA)).

Le choix technique d’abord retenu a été un SGBD type MySQL associé à un langage serveur (PHP) permettant l’interfaçage de la base sur le Web. SCRIPTA a été conçue au départ comme une base de données destinée à permettre l’accès à un vaste corpus de chartes ; d’autre part, certaines fonctions de l’outil ont été mises en place en vue de préparer une édition des actes, ou du moins d’entrer les métadonnées nécessaires à la réalisation d’éditions d’actes. Une exportation en XML des actes renseignés en vue de leur édition était prévue grâce à une fonction intégrée à la base sous MySQL. Toutefois, les limites de la structure en SQL pour ce type d’opération sont vite apparues car la version XML exportée nécessitait à la sortie d’être enrichie afin de pouvoir présenter une version éditorialisée du texte qui soit entièrement satisfaisante.

L’évolution  du projet depuis 2010 a profité du développement, aux Presses universitaires de Caen, des outils d’édition en XML-TEI et des protocoles élaborés au sein du Pôle du document numérique de la MRSH de Caen. Cette expérimentation en relation avec SCRIPTA s’est faite principalement autour d’un projet d’édition d’un corpus inédit, les actes des évêques d’Evreux, réalisé par Grégory Combalbert (Centre Michel de Boüard-CRAHAM) dans le cadre du projet « E-Cartae » en vue de la réalisation d’une interface en ligne permettant l’édition critique, la publication et la consultation avec recherches simples ou avancées des chartes médiévales. Le choix initial (2010) avait été de faire communiquer deux outils, l’un de base de données sous MySQL et l’autre d’édition électronique des chartes sous XML permettant un balisage très fin des informations. A l’expérience cependant cette solution s’est avérée techniquement très lourde, pour un résultat imparfait.

L’une des solutions proposée a été de transférer la version actuelle de SCRIPTA vers une nouvelle application en EAD gérée par le logiciel Pleade, un outil de publication, de consultation et de recherche de documents et d’archives numérisées. L’avantage était double. D’une part, Pleade utilise une structure XML (EAD), plus légère et moins complexe que la structure TEI conçue pour l’édition des chartes. D’autre part, la solution envisagée devrait permettre une meilleure interopérabilité entre des outils utilisant le XML. De plus, l’EAD est de plus largement utilisé pour la description de fonds d’archives, des collections de manuscrits ou d’objets, ce qui peut faciliter une coopération avec les services de conservation de ces fonds. La structure de SCRIPTA sous Pleade a été réalisée en 2013 et la migration a été effectuée en 2014.

L’évolution du projet a également suscité une réflexion sur l’indexation des actes et la nécessité de développer un nouvel outil (« Thesaurus »). Une structure TEI dévolue aux données d’indexation a été conçue par Marie Bisson (Centre Michel de Boüard-CRAHAM/ Pôle du document numrique-MRSH) de manière à permettre l’indexation de plusieurs éditions de textes différentes (chartes, textes littéraires…). Cet outil, développé à partir de projets d’édition existants, a donc été adapté à SCRIPTA et servira simultanément à différents corpus ou textes. L’indexation de plusieurs milliers d’actes représentant un objectif de long terme, seule une partie des actes de SCRIPTA en fera l’objet dans un premier temps.

D’autres développements de l’outil SCRIPTA sont en cours, concernant l’intégration des images numérisées grâce à un financement de COSME et en relation avec les bases de chartes numérisées de différents services d’archives, principalement les archives départementales de la Seine-Maritime (http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=recherche_guidee).

SCRIPTA, dans ses versions MySQL puis Pleade est disponible en ligne à partir d’un accès codé fourni aux chercheurs associés au projet. La prochaine étape, à l’horizon 2015, sera de permettre un accès libre des données existantes validées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *